Aveline Rézaire inhumée à Cayenne.

disparition
Aveline Rézaire
©archives guyane 1ère
C’est une figure de la Guyane qui s’est éteinte à l’âge de 96 ans dimanche 17 février à son domicile. Ancienne sage-femme, Aveline Rézaire avait mis au monde plusieurs générations de guyanais. A la retraite depuis 1979, elle coulait des jours paisibles auprès de ses enfants.
Accorte, serviable et enjouée, Aveline disait avoir mis au monde des milliers d'enfants. Elle avait décidé très jeune d'exercer dans le monde médical suivant en cela l'exemple de sa mère infirmière aux Îles du Salut. Fille d'Ernest et Sara Briolin, elle est la seconde d'une fratrie de 7 enfants. Son certificat d'études en poche, elle décide de devenir sage-femme à l'hôpital général. Elle obtient son diplôme à Cayenne tout en élevant ses deux premiers enfants Sara et Raoul.

38 ans au service de la santé 

Bien que sage femme diplômée, en 1941 elle obtiendra une première affectation en qualité de surveillante infirmière au "Camp St Denis", hôpital annexe de l'hôpital général dans le service des lépreux. Elle s'y distingue par son professionnalisme. Commence ainsi une belle carrière qui l'amènera à Sinnamary, puis à Mana. Elle y rencontre son futur époux, un jeune instituteur, Victor Rézaire. Dans cette commune de l'ouest elle se fait apprécier de sa hiérarchie et des habitants pour son dévouement et ses qualités techniques. En 1947, après un court séjour à Saint-Laurent du Maroni., elle réintègre  Cayenne où elle exercera à l'annexe "camp Saint Denis" mais également à domicile comme le permet alors la loi. Entre temps, elle a eut trois autres enfants Ernest, Eugénie et Constance.
En 1953, la loi change, elle choisit de travailler pour l'hôpital à la maternité de l'annexe Saint Denis. Naissent à cette période Joëlle et Anne- Marie.
Elle devient sage femme chef de la maternité à l'hôpital Jean-Martial en 1960. Ces deux derniers enfants Emmanuel et Théodore y naîtront.. Elle termine sa carrière au sommet en 1979 après 38 années de bons et loyaux services passés dans des conditions d'exercice difficiles dans une Guyane sous équipée en moyens matériels et humains. Elle aimait à répéter " j'ai exercé  ma profession au détriment de ma vie familiale mais j'ai eu un bon mari, toujours à la maison qui s'est bien occupé de nos enfants.".

Aveline Rézaire a été inhumée ce vendredi 22 février au cimetière de Cayenne.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live