Y aurait-il une guérilla de l'orpaillage?

orpaillage
Démantèlement d'un site d'orpaillage par les militaires
Démantèlement d'un site d'orpaillage par les militaires ©guyane 1ère
Le bilan Harpie 2012 révèle que les garimpeiros montent en violence face aux opérations menées pour contrer leurs activités illégales sur le territoire français. Une véritable guérilla qui a tourné à la défaveur des militaires notamment pendant l'affaire Manoelzinho.
29 homicides ou tentatives d’homicide en forêt en 2012 contre 14 l’année précédente, une quinzaine de tirs contre les forces de l’ordre l’an dernier contre 4 en 2011 : l’orpaillage clandestin s’est manifesté plus violemment l’an dernier. C’est le principal constat dressé par les services de l’Etat en ce qui concerne la lutte contre l’orpaillage illégal et le bilan des opérations 2012. On constate également que es saisies  réalisées sont en légère baisse : 8 kilos 200 d’or et 76 de mercure.
Mais ce qui a marqué les esprits l’an dernier et qui n'est pas étranger à cette montée de la violence, c’est la traque de Manoelzinho dont la bande s’est servie d’armes de guerre contre les forces armées tuant deux militaires. Une affaire qui a marqué les esprits en Guyane comme au plan national. 

Le poste de contrôle de Bélizon déplacé à l'entrée du pont de Régina

Visiblement le système Harpie ne donne pas encore sa pleine mesure, de nouvelles stratégies sont mises en place. Première décision l'abandon du poste de contrôle de Bélizon à mi-chemin de la commune de Saint-Georges. A compter de vendredi, ce barrage routier se situera à l’entrée du pont de l’Approuague. Un autre point de contrôle sera néanmoins positionné sur la piste Belizon. Il permettront des contrôles sur la route et le fleuve. 

Reportage de Jocelyne Helgoualch