Le ministre de la ville prône des mesures adaptées à la Guyane

politique
François Lamy en Guyane
©J.X
Au bout de ses deux jours de visite en Guyane, le ministre délégué en charge de la ville François Lamy s’est gardé de formuler des promesses. Il dit surtout vouloir miser sur la prise en compte des particularités du territoire guyanais.  
En apprenant sa nomination au poste de ministre délégué en charge de la ville François Lamy disait s’attendre à une tâche « passionnante mais difficile ». Les visites de terrain en Guyane, samedi et dimanche, ne l’auront pas contredit sur ce point. S’il n’était pas venu faire d’annonces particulières, très vite le ministre a voulu rassurer. Face aux projets de rénovation urbaine de la ville de Cayenne, notamment cité Médan, il a confirmé que le budget de la politique de la ville sur le plan national serait "sanctuarisé" évoquant particulièrement celui de l'ANRU. Pourtant en cette période de crise François Lamy a également plaidé pour des politiques volontaires et "imaginatives". C'est ce qu'il tente de faire avec son nouveau programme de convention à passer entre le ministère de la ville et d'autres grands ministères dont François Lamy souhaite que l'action bénéficie davantage aux quartiers qui ont en le plus besoin. "Il faut faire en sorte que l'argent de la politique de la ville serve de levier et qu'il soit ainsi démultiplié par l'action des autres ministères, c'est une approche nouvelle", a martelé le ministre. 

La rénovation passe par l'économie

Que cela soit à Cayenne où à Kourou, la thématique de l'insertion de la jeunesse est un sujet qui aura été débattu, en particulier dans le cadre de la visite du Village Saramaka à Kourou touché par un important chômage des jeunes. À défaut de solutions d'insertion c'est la délinquance juvénile qui menace. Une réunion était tout spécialement dédiée à cette question dans la ville spatiale. Après s'être entretenu avec le sénateur maire Jean-Etienne Antoinette, François Lamy a ainsi eu droit à une présentation du plan de lutte contre cette forme de délinquance mis en place l'an dernier par la ville. L'occasion pour le ministre  de nuancer, expliquant qu'il n'avait pas vocation à remplacer les autres ministères et en l'occurrence celui de la justice, bien que son action en faveur de la politique de la ville soit par nature très souvent d'une portée interministérielle. "Je veux insister sur l'éducation mais aussi le développement économique. la rénovation urbaine passe par l'économie mais c'est un travail sur la durée" à développer François Lamy.

L'ensemble des zones prioritaires pour le nouveau plan de rénovation urbaine devrait être arrêté avant juillet pour un démarrage des premières actions d'ici la rentrée de septembre, mais il s'agit d'un calendrier national. La Guyane, en raison de ses spécificités et notamment le caractère mouvant des quartiers, avec des habitants parfois non sédentaires, et une précarité diffuse, devra mettre en place une méthode propre pour l'élaboration de cette fameuse géographie prioritaire. Autant dire qu'il reste du travail. Critiqué pour ne pas s'être rendu dans la sous-préfecture, Saint-Laurent du Maroni, où les problèmes de logements insalubres et de quartiers spontanés sont aussi important, le ministre s'est engagé à revenir sans tarder en Guyane.

 L'interview du ministre:

François Lamy relais des élus guyanais.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live