publicité

La grève perlée des stations-service continue

Entamée le 1er mai la grève des stations-service perdure. Les gérants réclament l'augmentation de leur marge bénéficiaire de 1,5 centime. Le dossier semble au point mort. Le service à la pompe s'effectue toujours de façon aléatoire à des horaires qui sont fixés au jour le jour.

© CL
© CL
  • Catherine Lama/Nicolas Piétrus
  • Publié le , mis à jour le
Selon les jours et les heures les queues à la pompe se forment où se défont selon les lieux. Plusieurs véhicules attendaient patiemment ce matin à la station du Dégrad des Cannes à Rémire-Montjoly dès 10h30 alors que l'ouverture de l'établissement est fixée aujourd'hui à midi.
Un automobiliste énervé déclare "... qu'on leur donne leur 1 centime et je paierai!" mais la plupart du temps le consommateur est résigné. Beaucoup ont déjà adopté le réflexe de rouler à l'économie ou de se renseigner sur les horaires d'ouverture des stations.
Bientôt huit jours que ce mouvement a commencé et pour l'instant il ne semble pas y avoir d'ouverture spécifique de la part des différentes parties prenantes dans le coût du carburant. Chacun estimant avoir fait l'effort nécessaire, notamment la collectivité régionale. Faut-il penser que le dernier maillon de la chaîne, le consommateur supportera une fois de plus l'augmentation possible de cette marge bénéficiaire des détaillants. D'ailleurs comment se répartissent les différentes taxes prélevées sur le litre d'essence? Un exemple concret sur l'achat de 10 litres d'essence.

Des taxes qui pèsent sur le porte-monnaie du consommateur guyanais

Vous venez de mettre 10 litres d'essence sans plomb dans votre réservoir à 1€71 le litre. Vous avez donc payé 17 euros 10 à la caisse. Cette somme est répartie entre plusieurs bénéficiaires :
Les premiers bénéficiaires : les grossistes, ils empochent 9 euros 10 sur la facture  et cela représente la marge de gros.
Ensuite vous payez , 7 euros  pour l’ensemble des taxes qui sont :  l’octroi de mer, la taxe spéciale de consommation et l’octroi de mer régional.
Reste ce que gagnent les distributeurs plus communément  les gérants des stations-services sachant que sur chaque litre sorti des pompes 10 centimes vont dans leur tirelire soit un euro pour 10 litres.
Voilà pour le calcul de la facture locale maintenant vous savez ou va votre argent.
 

A titre de comparaison toujours pour 10 litres d’essence en Martinique vous paierez 15€40. La différence de 1,70€ selon les explications de la présidente de la Confédération Générale du Patronat des Petites et Moyennes Entreprises, (CGPME), Joëlle Prévot-Madère, est le résultat d’une décision prise par la SARA (Société Anonyme de Raffinerie des Antilles) de faire payer au consommateur guyanais une taxe qui correspond au coût social de la raffinerie de la  Martinique. Une taxe qui coûte entre 15 et 20 centimes pour chaque litre de carburant acheté.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play