Dengue : Une famille dénonce les conditions d'hospitalisation d'une de ses membres

santé
Moustique
©EID Méditerranée/AFP
Une femme de 51ans a été admise depuis ce matin à  l’hôpital de Cayenne gravement malade, atteinte visiblement de la dengue. La famille dénonce les conditions d'accueil.
Une certitude selon la famille de cette Cayennaise lorsqu’elle s’est présentée mardi après-midi pour la 1ère fois aux urgences, les médecins ont parlé de suspicion de dengue mais n’ont pas décidé d’hospitaliser la patiente. Celle ci est rentrée chez elle mal en point.  Son état de santé a continué de se dégrader à tel point que dans la nuit sa soeur  Sylvia Lam-Cham décide de la ramener aux urgences où la malade sera prise en charge et hospitalisée.
Sylvia Lam- Cham dénonce une prise en charge tardive. Sa soeur n'arrivait déjà plus à marcher à son départ de l'hôpital, courbée en deux souffrant terriblement des reins.  


Les élus et le collectif des usagers mobilisés

Ce mercredi matin  le président du Conseil général, Alain Tien-Liong et son 1er vice-président Hubert Contout, en charge des questions de santé au sein du département se sont rendus au chevet de cette personne et y sont restés jusqu'à midi.. 
Alain Tien-Liong  avait été appelé par la famille de la patiente. Pour lui, il y a un vrai malaise et des incohérences dans la prise en charge, il s'interroge sur la capacité réelle du système de santé local à faire face à cette épidémie. 
 
A noter que le collectif des usagers pour le respect des droits du système de santé publique et des assurés sociaux de Guyane créé après le décès de Ludovic Mortin était également sur place.
La direction de l’hôpital de son côté, reconnaît une situation tendue mais sous contrôle avec un personnel motivé selon Pierre Pauchard, le directeur du CHAR, présent lui aussi ce matin.
L'épidémie dure depuis 8 mois maintenant et quatre personnes sont décédées de la maladie et à ce jours plus de 10 000 cas de dengue ont été détectés. Entre un personnel de santé en sous-nombre et exténué et des familles excédés, il va falloir trouver les bonnes procédures pour que la situation ne s'aggrave pas.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live