Félix Eboué mis à l'honneur

histoire
Hommage à Félix Eboué
©GUYANE 1ère
Ce matin la cérémonie commémorative de l'appel du Général de Gaulle du 18 juin 1940 a été célébrée devant la statue de Félix Eboué sur la place des Palmistes à Cayenne. Un hommage ainsi rendu à un grand résistant et qui devrait, désormais, se renouveler chaque année
18 juin 1940 depuis Londres, le Général de Gaulle lançait son célèbre appel. Appel à la France libre, appel à la résistance face à l'occupant nazi. Appel entendu bien au delà des frontières de la France Hexagonale jusqu'aux confins de la colonie, jusqu'au Tchad. Appel à l'action pour un certain Félix Eboué, gouverneur à l'époque. Un enfant de la Guyane qui allait entrer dans l'histoire. Auteur du ralliement à la France Libre  de l'ensemble de l'Afrique équatoriale.
Résistant de la première heure, compagnon de la libération, Félix Eboué ne verra jamais la libération de la France. Il décède en Egypte le 17 mai 1944, quelques jours avant le débarquement du 6 juin qui allait libérer la France. 

Reportage José Charles-Nicolas


Extrait du discours "Jouer le jeu" de Félix Eboué
« Jouer le jeu, c'est être désintéressé
Jouer le jeu, c'est piétiner les préjugés, tous les préjugés et apprendre à baser l'échelle des valeurs sur les critères de l'esprit.
Jouer le jeu, c'est mépriser les intrigues et les cabales, ne jamais abdiquer, malgré les clameurs ou menaces, c'est poursuivre la route droite qu'on s'est tracée.
Jouer le jeu, c'est savoir tirer son chapeau devant les authentiques valeurs qui s'imposent et faire un pied-de-nez aux pédants et aux attardés.
Jouer le jeu, c'est aimer les hommes, tous les hommes et se dire qu'ils sont tous bâtis sur une commune mesure humaine qui est faite de qualités et de défauts.
Jouer le jeu, c'est mériter notre libération et signifier la sainteté, la pureté de notre esprit... »
Les Outre-mer en continu
Accéder au live