publicité

Roura appelle l’Etat à l’aide

Les caisses de la commune sont à sec. Roura croule sous les dettes. 7 millions d’€ au total à ce jour. La restriction budgétaire est l'attitude adoptée jusque là. La municipalité appelle l’Etat à l’aide. Le Préfet Eric Spitz en visite dans la commune propose une solution.

Le préfet Eric Spitz et le maire de Roura © Marc Opolo
© Marc Opolo Le préfet Eric Spitz et le maire de Roura
  • Marc Opolo
  • Publié le
Aucune fête patronale, aucun événement festif de grande ampleur à Roura depuis l’installation de la nouvelle équipe municipale. Serait-ce un oubli ? Bien sûr que non.

Régime trop draconien

L’absence de telles manifestations est une décision qui s’est imposée au maire. David Riché le dit avec amertume : « A Roura, on se serre la ceinture. Je fais comme à la maison. Il n’y a pas d’argent, on se débrouille comme on peut ». Le premier magistrat parle ainsi pour évoquer la dette colossale que connait sa commune. « J’ai trouvé une dette de 9 millions d’euros en arrivant… », rappelle-t-il. Aujourd’hui, cette dette est descendue à 7 millions d’euros. Le résultat des efforts consentis depuis le début de la mandature. Le maire le répète avec fierté : « tout le monde accepte de se serrer la ceinture. Les élus n’ont pas de voiture de fonction. Même pas moi. Les agents utilisent parfois leurs propres véhicules pour aller sur des services. On ne fait pas de voyage ».

Peut-être un prêt de l'AFD
 
Avec le temps, le maire se rend finalement compte que la ceinture est trop serrée. Le régime semble être trop draconien et la municipalité aspire à passer à autre chose, à explorer d’autres pistes pour trouver des solutions fortes et efficaces. Et l’ultime piste, parait-il, c’est l’Etat. Et justement l’Etat était à sa portée ce jeudi avec la visite du Préfet Eric Spitz. L’occasion idéale pour le maire d’amener son hôte à toucher du doigt la réalité de la commune. Evidemment la question de la dette était au cœur des discussions, et la réponse du Préfet, immédiate : « l’AFD (l’Agence Française de Développement) pourrait accorder un prêt de 10 millions d’euros remboursable sur 25 ans à la commune dès le mois d’octobre ». Voilà qui réjouit le premier magistrat.
 

Autres problématiques

 
Le préfet accueilli au village Favard © Marc Opolo
La dette n’est pas le seul problème de Roura. Alors, le maire a profité de la présence d’Eric Spitz pour attirer son attention sur d’autres problématiques de la commune. Première escale, le bourg de Roura dont le plateau sportif a besoin d’être couvert depuis des années. Il faut pour cela, 300 000 euros. Une somme qui ne court pas les rues à Roura. Eric Spitz s’en est aperçu. Et puisque ce n’est pas un homme qui promet juste pour faire plaisir, il propose de revenir auprès du maire lorsqu’il aura une réponse fiable. « Peut-être 150 000 euros dans un premier temps pour démarrer les travaux », prévoit-il sans vraiment s’engager.
David Riché l’a fait visiter également le village de Favard où les Amérindiens aspirent à un « vrai » village, une « vraie » maison et un titre foncier. Des dossiers sur lesquels va se pencher le Préfet. Autre lieu de visite, la route de l’est que le maire veut urbaniser. « Il faut faire évoluer cette route de l’est », souligne-t-il. Un PLU (Plan local d’urbanisme) y est d’ailleurs en cours, et David Riché souhaite qu’il soit être validé cette année.
 

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play