La rentrée des classes : pas encore pour tout le monde à Saint-Georges

éducation
Ecole Henri Sulny à Saint-Georges
©Franck Leconte
Près de deux semaines après la reprise des cours, des enfants de la commune de l’Est attendent toujours leurs professeurs. Excédés, les parents ont lancé un ultimatum au rectorat
Tous les ans, la même histoire. Les professeurs sont en théorie affectés à leur poste à Saint-Georges de l’Oyapock, mais beaucoup sont encore absents plusieurs jours après la rentrée. Des parents se sont vus par exemple signifier le jour officiel de la rentrée qu’ils pouvaient rentrer chez eux, avec leur enfant, et qu’ils seraient contactés lorsque le professeur serait opérationnel. Depuis, aucune nouvelle.


Un ultimatum des parents fixé à lundi prochain

Mercredi matin, les parents sont donc passés à l’action. Rassemblés devant les écoles, ils ont voté à l’unanimité pour lancer un ultimatum au rectorat : tous les professeurs doivent être présents physiquement dès lundi, sous peine de bloquer les établissements.
Le rectorat n’a pas communiqué le chiffre exact d’absentéisme, mais le représentant des parents d’élèves en a dénombré 15.
Présente ce jeudi matin à Saint-Georges de l’Oyapock, l’inspectrice d’académie affectée à l’Est de la Guyane a rencontré les chefs d’établissement et a confirmé que des professeurs seront en poste dès vendredi. On ne sait pas encore combien ils sont, mais vraisemblablement, le compte n’y est pas encore.
La maire de la commune, Fabienne Mathurin-Brouard, déplore quant à elle cette situation qui se répète et estime que le nécessaire doit être fait pour retenir ces professeurs. Elle prône des recrutements locaux mais aussi une opération séduction pour ne pas voir les autres partir.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live