Salon régional de l’agriculture

agriculture
Légumes de Guyane
©CP
Le salon régional de l’agriculture ouvre ses portes les 19 et 20 octobre au lycée agricole de Matiti de 9h à 19h. A l’honneur cette année l’agriculture biologique et l’agriculture traditionnelle familiale.

Une agriculture qui valorise ses richesses

Le salon régional de l’agriculture met en lumière cette année l’agriculture du territoire guyanais. Cette dernière reste encore peu connue, alors qu’elle possède deux grandes richesses. En tout premier lieu le secteur bio qui représente 10% de l’agriculture, avec d'un côte la filière bio animale notamment avec l’élevage de buffles et de l’autre côté la filière végétale bio qui est en émergence, grâce à la coopérative Bio Savane.  Mais ce qui est vraiment propre à la Guyane c’est l’agriculture traditionnelle familiale qui représente 90% de l’exploitation guyanaise grâce à la communauté Hmongs. 


Un salon très animé

Il y a deux ans le salon avait accueilli 6000 visiteurs. Cette année l’organisation espère faire de même, voire plus. Différentes animations viendront rythmer cet événement. Un show Western avec des cavaliers comme à l’américaine. Le bio est à l’honneur avec des démonstrations pour faire du compost, du couac, ou la distillation d’huiles essentielles.
Les amateurs de marchés ne seront pas déçus. Des pépiniéristes proposent un marché aux plantes d’une grande variété. L’ouest du département est également au rendez-vous avec un marché pays composé des meilleures saveurs de chez nous.
L’agriculture de génération en génération
Selon une ancienne coutume Hmong, on dit que c’est au dernier enfant de la fratrie de reprendre l’exploitation familiale. « Mes arrières grands-parents, mes grands parents, ainsi que mes parents, ils sont tous dedans. Ils font ça depuis toujours »  explique Julie, étudiante de 22 ans. S’ils sont nombreux à être agriculteur de père en fils, d’autres aspirent à un autre avenir. Bien que Julie soit sur les marchés depuis l’âge de 12 ans, l’agriculture pour elle c’est pour « aider les parents ». Mais cela demande quand même un certain investissement, car elle vient tous les mercredis et samedis sur le marché. Elle arrive à 1h du matin, pour installer son stand, décharger le camion, exposer ses fruits et légumes. Puis commence la partie vente et commerce jusqu’à 14h. Et enfin le retour à Régina. Pour ces jeunes qui envisagent d’autres carrières, l’agriculture reste quand même le 1er métier qu’ils connaissent, et qui d’une certaine manière se transmet de génération en génération.