publicité

Pourquoi le décret Lurel fait si peur ?

La menace de grève des gérants de stations service plane toujours sur la Guyane. En cause le projet de décret Lurel sur la régulation des marges des compagnies pétrolières jugées trop importantes. 

© CL
© CL
  • Charly Torrès
  • Publié le , mis à jour le
Il y aura bientôt du changement  sur la fixation des prix des carburants dans les 5 départements d'outremer avec l'entrée en vigueur du décret Lurel, du nom de l'actuel ministres des outremer, programmée pour le 1er janvier prochain. Un texte qui vise à réguler les marges pratiquées par les compagnies pétrolières mais qui ne fait pas le consensus. Ainsi les pétroliers, menacent d'automatiser les pompes pour garder leurs marges bénéficiaires. Automatisation qui provoque la colère des gérants de stations-service qui voient là se dessiner la mort de leur profession. A leur tour ils brandissent la menace d'une grève imminente : dernier carat le 15 décembre. Mais le blocageà la pompe pourrait bien commencer avant.
Mais que dit ce fameux décret?


Une meilleure répartition des revenus

Déjà proposé à l'avis de l'autorité de la concurrence et celui des collectivités locales, le projet de décret est actuellement soumis, pour information aux compagnies pétrolières et aux gérants de station service, via les préfets. Une meilleure régulation pour une meilleure répartition des revenus, sans pénaliser les consommateurs, voilà le principal objectif de cette réforme décidée par le gouvernement. Avec ce nouveau décret, il s’agit aboutir à plus de transparence dans un secteur dont les marges bénéficiaires s’élèvent à plusieurs millions d’euros.
Des marges bénéficiaires particulièrement visées par ce projet de décret notamment dans son article 5 sur les marges maximales de gros et de détails ou encore dans l’article 8 prévoyant « la création d’une marge de détail additionnelle qui peut être attribuée à tout exploitant dont les ventes moyennes sont durablement inférieures à celle d’une station-service type. » 
Un texte rejeté en premier lieu par les pétroliers qui menacent donc d’automatiser les pompes des stations services pour récupérer tout ou partie des marges dans le collimateur de Victorin Lurel.
Une automatisation des pompes qui suppose la fin des contrats de gérance pour les distributeurs, opposés à ce nouveau décret qui risque, disent-ils, de casser le modèle social et l’équilibre précaire de la filière, basés sur l’emploi avec des prix à la pompe qui restent parmi les plus bas de France.


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play