publicité

Un deuxième cas de chikungunya en Guyane

Le directeur de l'Agence Régionale de la Santé, Christian Meurin l'a annoncé ce matin sur radio Guyane 1ère, un second cas de chikungunya a été détecté à Cayenne, traité et mis sous observation. Il s'agit d'un jeune homme rentré la semaine dernière d'un séjour dans l'île antillaise de Saint-Martin.

© guyane 1ère
© guyane 1ère
  • Par Catherine Lama
  • Publié le , mis à jour le
Les autorités sanitaires de Guyane ont pris le problème du chikungunya à bras le corps et multiplient les messages d'alerte depuis l'annonce d'une épidémie déclarée aux Antilles. Il s'agit d'éviter au maximum la prolifération du virus dans les foyers guyanais et de prévenir les risques d'une épidémie de grande ampleur dans notre région. Epidémie qui semble inéluctable puisqu'on le sait, le virus voyage.

Surveillance renforcée

Deux cas de chikungunya avérés à Cayenne depuis le démarrage du phénomène à Saint-Martin. Deux personnes qui ont séjourné dans cette île avant de revenir en Guyane. Première des précautions éviter à tout prix de se faire piquer par le moustique aedes aegypti, (le même qui transmet la dengue) et qui en piquant  un individu porteur du virus du chikungunya dans son sang contaminera ensuite toutes les personnes auxquelles il se sera attaqué.
La pression est donc forte et les opérations de prévention et d'information se multiplient. Sur le site de l'ARS, on peut trouver l'arsenal complet mis en place à la fois pour déceler les symptômes de la maladie, le dispositif de surveillance mis en place conjointement par les organismes Agence Régionale de la Santé, le Conseil Général et la CIRE Antilles Guyane.

L'interview du directeur de l'ARS par Charly Torres


Les symptômes du chikungunya

Les symptômes caractéristiques de la maladie sont :
•une fièvre élevée d’apparition brutale,
• des douleurs articulaires qui peuvent être intenses et prédominantes aux extrémités des membres (chevilles, poignets, doigts),
• des maux de tête
• des courbatures.
L’évolution est le plus souvent rapidement favorable. Cependant, des formes graves peuvent être observées et la maladie peut aussi évoluer vers une forme chronique marquée par des douleurs articulaires persistantes et incapacitantes.
Dès l’apparition d’une fièvre élevée et de douleurs articulaires intenses, il est impératif de consulter son médecin traitant. Il faut également prendre des  mesures appropriées pour éviter de se faire piquer par des moustiques qui pourraient ensuite transmettre la maladie en piquant les personnes de son entourage.

Source ARS

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play