Raconte-moi la Place des Palmistes d'aujourd'hui et d'hier

culture
palmistes
©Droits réservés
La Place des Palmistes est le véritable point de rendez-vous des cayennais. Entre espace public, cuisine de rue et événements variés, découvrez ce qui fait le charme de ce site du patrimoine culturel guyanais entre histoire et modernité.

Une place ancrée dans le quotidien guyanais

En Guyane le soir aux alentours de 20h, il est très habituel d'entendre dans les conversations cette fameuse question "on va à la Palmiste ?" Une expression commune voire populaire utilisée par de nombreux guyanais. La "Palmiste" plus connue sous le nom de Place des Palmistes est située au nord de Cayenne et s'étend sur une superficie de 3 hectares, où sont plantés de nombreux palmiers. Après une séance ciné entre amis ou avant d'aller en discothèque, elle est connue pour être le lieu incontournable des sorties nocturnes cayennaises. Si cette place est aussi célèbre et ancrée dans les habitudes guyanaises c'est parce que chaque soir, 7 jours sur 7, entre 19h et 01h, elle devient un véritable de lieu de convivialité et de restauration. Une quinzaine de food trucks (camions restaurant) sont alignés tout au long de la rue. Les habitués y dégustent une cuisine rapide et populaire: sandwich, hamburger, bami, nassi, frites, crêpes salées ou sucrées, etc. L'un des sandwichs les plus célèbres est le Super Madras. Un hamburger "local", très copieux, une sorte de "Big Mac" made in 973. Au delà d'être un carrefour où se rencontrent les cuisines du monde, la Place des Palmistes est aussi un lieu de fête. Située au coeur de la ville capitale, tout au long de l'année, elle incarne la scène où se célèbrent tous les grands événements de la vie guyanaise: fête de Cayenne, défilés du carnaval, concert géant, animations de vacances, arrivée finale du tour de Guyane, et bien d'autres encore. La place des Palmistes symbolise un point de rendez-vous unique auquel les guyanais sont très attachés. 
Un monument d'Histoire
La Place des Palmistes est classée Monument Historique par arrêté du 9 mars 1999. Elle a été créée en 1821 par l'arpenteur du Roi Sidey afin d'aérer la ville après la démolition des murailles en 1810. A l'époque c'était un lieu envahi par les herbes qu'on nommait la Savane. Des années plus tard on y planta des palmiers royaux de Guisanbourg, et c'est ainsi qu'elle fut nommée comme on le sait aujourd'hui. A chaque saison des pluies, la place était très souvent inondée. Pour y remédier le gouverneur Chanel demanda en 1925 qu'un réseau de canaux soit cimenté autour du site, dispositif qu'on retrouve encore de nos jours. Au centre du quartier sud-est de la place, coulait à flot la fontaine Merlet. Elle fut détruite et remplacée par une statue en l'honneur de Félix Eboué inaugurée le 1er décembre 1957. Deux inscriptions signées André Malraux y sont gravées dans le marbre:

"Etranger, va dire à Lacédémoine que ceux qui sont morts ici sont tombés sous sa loi".

"Passant, va dire aux Enfants de notre pays ce que fut le visage désespéré de la France, les yeux de l'homme qui repose ici, n'ont jamais reflété que les traits du Courage et de la Liberté".