Le maire de Sinnamary veut 3 vice-présidences à la CCDS pour sa commune

politique
Pont Sinnamary
Jean-Claude Madeleine n'en démord pas. L'ancien président de la communauté de communes des savanes continue de réclamer une meilleure et juste répartition des sièges au sein l'actuel bureau de la CCDS sinon sa commune pourrait se retirer. Le conseil communautaire de ce mardi risque d'être  houleux 
 A quelques heures de la tenue d'un nouveau conseil communautaire, Jean-Claude Madeleine hausse de nouveau le ton . La distribution de sièges effectuée par la nouvelle équipe dirigeante de la CCD ne lui convient pas du tout. Selon lui l'esprit communautaire n'est pas respecté. Il demande au président François Ringuet de revoir sa copie.

3 vice-présidences dans les plus brefs délais

Sur les 12 membres du bureau, un seul siège a été attribué à Sinnamry et de surcroît à un membre de l'opposition. Une pilule que digère mal le maire de Sinnamary. Sa commune mérite mieux, beaucoup mieux compte tenu de son poids financier au sein de la CCDS fulmine le maire qui exige maintenant 3 vice-présidences.
Pour non respect de la loi et de l'esprit communautaire et parce qu'il est inadmissible que la commune ne soit pas représentée au sein de l'instance décisionnaire de la CCDS, le maire de Sinnamary a introduit un recours en annulation des élections à la CCDS. Ce recours sera examiné le 28 mai par le tribunal administratif.
La possibilité d'un retrait de l'instance communautaire est même évoqué si aucun terrain d'entente n'est trouvé. Une éventualité qui reste difficile à mettre en oeuvre.


Comment sortir de la CCDS
La commune de Sinnamary peut se retirer de la CCDS si elle le souhaite mais attention ce retrait ne peut faire qu’avec l’accord du conseil communautaire et des autres communes et en plus à la majorité des 2/3. C’est que dit le code général des collectivités territoriales. Ce retrait doit s’effectuer dans les mêmes conditions de majorité qui étaient requises pour la création de l’établissement public. Sinnamary aurait donc l’obligation d’obtenir de Kourou, Iracoubo et Saint-Elie leur accord à la majorité des 2/3 de leur organe délibérant. Ces communes ont un délai de 3 mois pour  statuer et si elles ne le faisaient pas dans ce laps de temps l’absence de réponse vaudrait alors un avis négatif.
Par contre dans le cas où les conseils municipaux émettent un avis favorable le préfet prend alors un arrêté entérinant la décision de retrait.
C’est le parcours du combattant que devra suivre la commune de Sinnamary si elle devait mettre à exécution sa menace de quitter la CCDS.