Le service minimum dans les stations-service d’Outre-Mer fait débat

économie
Essence
Déposé par le député Gabriel Serville, l’amendement sur le service minimum dans les stations-service a été adopté par l’Assemblée nationale et le Sénat. Les gérants des stations-service qualifient cet amendement de « ridicule ».
A la fin de l’année 2013, des grèves dans les stations-service de Guyane ont perturbé le quotidien des automobilistes. Afin que ce genre de situation ne se répète pas, le député de la 1ère circonscription de la Guyane a déposé un amendement à la loi Pinel visant à créer un service minimum dans les stations-service d’Outre-Mer en cas de cessation concertée de leur activité.

Un amendement « ridicule car inapplicable » selon les gérants

Adopté par l’Assemblée nationale et le Sénat, cet amendement œuvre à préserver l’intérêt des usagers, tout en veillant à ne pas pénaliser l’économie des régions d’Outre-Mer. En cas de cessation concertée de leur activité, les gérants des stations-service d’Outre-Mer devront prévenir le préfet trois jours avant, ce qui n’est pas du goût des professionnels qui qualifient cet amendement de « ridicule car inapplicable ».
 
Le reportage de C. Séraphins, S. Deie et K. Weishaupt