L'orpaillage illégal éradiqué sur le site scientifique des Nouragues

environnement
Réserve des Nouragues
©nouragues.fr
Il n’y a plus d’orpaillage clandestin dans la réserve naturelle des Nouragues selon les services de l’Etat. Les opérations Harpie auraient permis l’éradication de l’orpaillage clandestin, et la destruction de tous les chantiers connus.
Le nombre de chantiers clandestins avait très fortement diminué en 2009 avec la mise en place du dispositif Harpie. Mais quelques chantiers résiduels  persistaient dans les secteurs les plus difficiles d'accès pour les forces de l'ordre. A la fin du mois de juin, une importante opération Harpie menée par la Gendarmerie Nationale et les Forces Armées en Guyane en collaboration avec l'ONF a permis de détruire les deux derniers chantiers connus sur la réserve des Nouragues. Le 12 juillet dernier, le préfet Eric Spitz accompagné de représentants de la DEAL, du CNRS et de l'ONF a pu constater qu'aucune activité d'orpaillage n'avait repris sur ces lieux.

Les Nouragues un site scientifique de 1ère importance

Il faut se rappeler qu'en 2006, deux agents de la réserve ont été assassinés par des individus liés à l'orpaillage clandestin. Le constat de l'éradication  satisfait tout le monde et va permettre à la réserve des Nouragues de retrouver son plein potentiel scientifique de découverte et d'éducation à l'environnement. Cette réserve de 105 000 ha, créée en 1995 est gérée par l'Office National des Forêts et l'Association pour la Gestion des Espaces Protégés. Elle est équipée d'infrastructures de classe mondiale notamment avec la station scientifique des Nouragues, gérée par le CNRS.



Les Outre-mer en continu
Accéder au live