publicité

Quand la poussière du Sahara fertilise l'Amazonie

Grâce à Calypso un satellite franco-américain, on connaît désormais le rôle fondamental joué par la poussière du Sahara qui contient le précieux phosphore essentiel à la fertilisation de la forêt amazonienne. Chaque année, 22000 tonnes de phosphore sont ainsi transportées dans le bassin amazonien.

© consoglobe.com
© consoglobe.com
  • Par Catherine Lama
  • Publié le
La forêt amazonienne reçoit 27,7 m de tonnes de poussière du Sahara par an. Une poussière précieuse car elle contient du phosphore, un élément nutritif indispensable à la croissance des plantes et des animaux. Et cet apport providentiel transporté par les vents irrigue en permanence la forêt et l'aide à prospérer. Ces poussières proviendraient d'une région du Sahara appelée Bodélé qui se situe au fond d'un lac desséché d'une superficie d'à peine 1500 km2. 0,2% de la surface du Sahara alimente un territoire de 5 500 000 km2.

22000 tonnes annuelles de phosphore saharien alimentent l'Amazonie

Une étude scientifique américaine a permis de quantifier à 22 000 tonnes annuelles de phosphore saharien qui retombent sur les régions amazoniennes soit environ 23 grammes par hectare et par an. Ces poussières remplies de phosphore compensent ainsi à taux pratiquement égal la perte naturelle de phosphore par lessivage du sol. Sans elles, le bassin amazonien se viderait en quelques décennies du nutriment indispensable qu’est le phosphore.
On sait désormais que les poussières en provenance du désert du Sahara en Afrique sont essentielles à l’équilibre climatique et de la biodiversité de l’Amazonie. 
De l'importance du phosphore dans l'agriculture

Le phosphore entre dans les processus vitaux de l’homme, l’animal et la plante : c’est la clef de voûte de l’ADN et de l’ARN. Il est indispensable à la croissance cellulaire et à la constitution des graines, du pollen etc… Le phosphore crée des liaisons extrêmement fortes avec  d’autres atomes, c’est dans ces liaisons que tous les êtres vivants stockent leur énergie sous forme d’ATP (Adénosine Tri-Phosphate), Il est au centre du métabolisme énergétique de tous les êtres vivants : végétaux, animaux, bactéries, champignons.
Source : Agriculture nouvelle

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play