guyane
info locale

La programmation pluriannuelle de l'énergie fait la part belle aux énergies renouvelables

énergie
Energie renouvelable
©Guyane 1ère
La PPE ou programmation pluriannuelle de l'énergie, il en a beaucoup été question tout au long du conflit à EDF Guyane. Ce document, en cours de finalisation, prévoit les besoins en énergie pour les huit prochaines années. D’ores et déjà, il fait la part belle aux énergies renouvelables.
Plus de 90 % de l’électricité consommée sur le littoral guyanais est produite par le barrage de Petit Saut et la Centrale au fuel de Dégrad Des Cannes. Cette centrale sera fermée en 2023 en raison de rejets non conformes. La Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) prévoit la construction d’une nouvelle centrale, de même puissance. Pour faire face à la croissance des besoins guyanais, l’Etat et la région tablent sur le développement des énergies renouvelables. L’objectif d’ici 2023 est un quasi doublement de la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables.


Les différentes solutions de production d'énergies renouvelables 

Il y a d’abord la biomasse, c'est-à-dire produire du courant en brûlant du bois, comme à Kourou par exemple. La PPE prévoit aussi le développement de l’énergie solaire. On passerait de 39 à 72 Méga Watt, avec surtout des  centrales équipées de batteries pour alimenter le réseau même le soir ou en cas d’intempéries. Autre gisement possible, l’éolien, encore inexploité en Guyane. la PPE table sur 20 Méga Watt d’ici 8 ans. Et comme dernier axe, la construction de petits barrages au fil de l’eau, avec un peu plus de 20 Méga Watt prévus d’ici 2023.


Un processus diligenté par l'Etat et la région

A ce stade du processus, il reste encore des points de désaccords entre la région et l’Etat. La préfecture n’a pas souhaité s’exprimer au titre du droit de réserve à l’approche des élections à la CTG. La nouvelle équipe élue en décembre devra finaliser la programmation pluriannuelle de l’énergie au côté de l’Etat. Une consultation publique est prévue début 2016 sur la PPE.
 
Le reportage de Laurent Marot et Elise Ramirez

Publicité