publicité

27 personnes évacuées de leur maison à Attila-Cabassou à Rémire-Montjoly

Les secours sont intervenus jeudi après-midi pour effectuer une reconnaissance après un glissement de terrain qui menace plusieurs maisons.

Les secours sont intervenus pour effectuer une reconnaissance après un glissement de terrain © Sdis Guyane
© Sdis Guyane Les secours sont intervenus pour effectuer une reconnaissance après un glissement de terrain
  • Franck Leconte avec Charly Torres
  • Publié le , mis à jour le
Par mesure préventive, les occupants de trois maisons de la rue Arouman dans le quartier d’Attila-Cabassou  de Rémire-Montjoly ont été évacuées de chez eux jeudi soir. Une parcelle de terre, d'un volume de 5m3 a commencé à se détacher, bloquant l'accès à un appartement et menaçant d'autres habitations.
Sur l'antenne radio de Guyane la 1ère durant le journal de 8 heures, le directeur du service départemental d'incendie et de secours a expliqué qu'une reconnaissance hier après-midi effectuée par les pompiers a permis de montrer que le talus était gorgé d'eau. Felix Anthenor-Habazac a alors demandé l'évacuation préventive des lieux avec l'accord de la Préfecture et de la mairie de Rémire-Montjoly.
Selon le directeur du Sdis, les riverains ont fait preuve de compréhension lors de cette intervention. Le bailleur social, la Simko a relogé les habitants concernés et affirme avoir transmis les études hydrauliques et géo-techniques à la Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement de la Guyane (Deal) ainsi qu'au Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) qui vont les examiner à la loupe et décider d'éventuelles mesures d'accompagnement. Ces études devraient durer et le retour à domicile ne devrait pas se faire avant la semaine prochaine selon le directeur général de la Simko. Jean-Jacques Stoche précise également que le bailleur va effectuer des travaux supplémentaires pour stopper le ruissellement constater sur le talus. 
Selon l'Etat Major de Zone des services préfectoraux, la situation actuelle, ne présente pas le même niveau de dangerosité que lors de la catastrophe de Cabassou qui avait tué dix personnes en 2000.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play