Affaire du trafic international de cocaïne transitant par le port de Dégrad Des Cannes, 3ème vague d’arrestations : ce que l'on sait.

faits divers
Saisie de drogue port Dégrad des cannes
La drogue cachée dans des sacs de voyage ©préfecture
Mardi dernier, quatre suspects de plus ont été interpellés sur l’île de Cayenne. Au terme de leur garde à vue, ils ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Une information révélée samedi par « Mo News » et confirmée par nos sources.

3ème vague d’arrestations dans l’affaire du trafic international de cocaïne transitant par le port de Dégrad Des Cannes, qui a commencé en 2020. Mardi dernier, quatre suspects de plus ont été interpellés sur l’île de Cayenne. Au terme de leur garde à vue, ils ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Une information révélée samedi par « Mo News » et confirmée par nos sources. Au total, ce sont désormais quatorze personnes qui sont poursuivies dans la plus grosse affaire de trafic de stupéfiants qu’ait jamais connu la Guyane.

Quatre nouveaux suspects

Quatre suspects de plus dans cette affaire de trafic international de cocaïne. Le 1er octobre 2020, 594 kgs de poudre blanche sont saisis dans un véhicule près du port de Dégrad Des Cannes, 10 suspects sont déjà incarcérés en Martinique et en Guyane. 
Mardi, 4 autres personnes sont interpellées sur l’île de Cayenne, et mises en examen vendredi pour trafic de stupéfiants en bande organisée. Cela se passe par visio-conférence, le juge d’instruction étant en Martinique, où se trouve la Juridiction Interrégionale spécialisée. Les suspects sont repartis libres, placés sous contrôle judiciaire. Il s’agit de trois ressortissants chinois, dont un restaurateur. Et un ressortissant français, Bastien Kereneur, lui aussi restaurateur à Cayenne. Selon son avocat, Maître Boris Chong Sit, il clame son innocence…A noter que c’est le petit frère de Sylvain Kereneur, poursuivi de son côté pour le meurtre très médiatisé de la jeune Karina, en 2020… aucun lien entre les deux affaires…

Délits financiers

Pendant trois jours, les mis en cause ont été entendus par les policiers et gendarmes de l’Office Anti Stupéfiants Antilles Guyane. Les gendarmes de la brigade de recherches de Matoury ont mené au moins une garde à vue. Selon nos informations, ce volet de l’affaire vise plutôt des délits financiers présumés, dont l’éventuel blanchiment d’une partie de l’argent du trafic…