guyane
info locale

Un arrêté de protection pour les oiseaux chanteurs met en émoi les propriétaires de picolettes

environnement
Un picolette de Rémire-Montjoly
Ce picolette accompagne son propriétaire depuis 14 ans ©MR
Grosse inquiétude pour les nombreux propriétaire d'oiseaux picolettes (sporophile curio), une nouvelle réglementation restrictive concernant, notamment, la détention d'oiseaux chanteurs sera applicable en 2020. Toutefois, la mesure devrait être adaptée pour le cas particulier de la Guyane.
Cet arrêté du ministère de la Transition Ecologique fait grand bruit en Guyane, il date du 8 octobre 2018 et encadre la détention et le commerce des oiseaux chanteurs dont font partie les fameux picolettes. Ce texte impose la détention d'un certificat de capacité. Or dans la région, nombreux sont les éleveurs et vendeurs de picolettes de son nom scientique sporophile curio. Traditionnellement, ces oiseaux sont élevés pour chanter et participer à des concours de chants. Les picolettes peuvent être vendus très cher. D'ou l'émoi sur les réseaux sociaux. Le directeur de la DAAF Guyane, Pierre Papadopoulos a tenu a apporter des précisions sur la mise en oeuvre de cet arrêté qui ne sera pas appliqué en l'état, d'autant que dans le cas du picolette, une espèce très répandue en Guyane, il serait impossible de contrôler des milliers de détenteurs :

Pierre Papadopoulos dire DAAF

Des pratiques d'élevage qui doivent être mieux encadrées pour Guyane association ornithologie

Pour Marius Assélos qui est le président de "Guyane association ornithologie" qui regroupe 70 membres, il est temps d'encadrer les pratiques autour du picolette car actuellement il y a trop de dérives. L'association organisera d'ailleurs au début du mois de décembre une journée d’information sur le certificat de capacité afin de vulgariser son obtention. Christian Turiaf, membre de l'association détient un certificat de capacité depuis 10 ans, selon lui la réglementation va mettre un peu d'ordre dans ce milieu et protéger cette espèce :

Christian Turiaf détenteur d'un certificat de capacité

 



 
Le communiqué de la DAAF
Suite à la diffusion sur les réseaux sociaux de messages relatifs à un « décret d’application concernant la détention d’oiseaux chanteurs, type picolettes, applicable au 1er janvier 2020 », la DAAF souhaite clarifier la situation.
Suite à la parution de l’arrêté ministériel du 8 octobre 2018 (fixant les règles générales de détention d’animaux d’espèces non domestiques) abrogeant la précédente réglementation, le régime de détention de certaines espèces guyanaises, notamment les oiseaux chanteurs, type picolettes, et les tortues charbonnières et denticulées, devenait plus contraignant pour les détenteurs (certificat de capacité, autorisation préfectorale d’ouverture d’établissement, déclaration de détention).
Compte tenu des spécificités guyanaises, des traditions culturelles et des milliers de détenteurs présents en Guyane, les services de la DAAF et de l’ONCFS ont estimé qu’en l’état, certains points de cette réglementation étaient difficilement applicables en Guyane. Ces services ont donc transmis aux Ministères de l’Agriculture et de l’Alimentation et de la Transition Écologique et Solidaire, une fiche de signalement afin de pouvoir apporter des modifications à cet arrêté pour prendre en compte ces spécificités.
Les services administratifs et les services de contrôle de Guyane sont dans l’attente d’une réponse des Ministères pour la mise en application de certains points de cet arrêté, et font donc preuve de souplesse quant à son application, notamment concernant lese espèces dont le régime de détention a changé depuis la précédente réglementation.
Publicité