Atelier « Pyano Savann » : le tambour à l'honneur à l'Epcc de Cayenne pour les vacances de Pâques

découverte
Stage de tambours // ©v porphyre
Des tambouyens en herbe, âgés de 3 à 12 ans, profitent des vacances de Pâques, pour parfaire leur pratique du tambour, à Cayenne, à l’EPCC, « les Trois Fleuves ». Au programme des sessions d’apprentissage, le ti-bwa, le chacha, les rythmes créoles guyanais, et les tambours.

 Saphira Leuilly, anime les ateliers consacrés au tambour.  Cette jeune femme, est tombée dans l’univers du tambour, depuis sa plus tendre enfance, à l’âge de 6 ans plus précisément.

Pour le premier groupe, celui des petits  bouts de choux, Saphira, leur fait découvrir les différents sons, il s’agit plus d’éveil musical. L’apprentissage du tambour passe par le jeu, et donc les activités ludiques. En quelques minutes, ils sont à l’aise, ils battent la mesure.

Au centre l'animatrice Saphira Leuilly membre de l'association Tanbou Lévé // ©v porphyre

Puis le groupe des plus grands, prend le relais. L’approche est plus approfondie. Histoire des tambours, distinction des différents rythmes créoles. On passe en revue, l’ordre bien précis du positionnement de ces instruments. On commence toujours par le tambour foulé, suivi du coupé, du plombé, et le ti-bwa qui donne la cadence, tel un métronome.

L’animatrice spécialiste, des tambours de Guyane, n’hésite pas à leur rappeler, la particularité de Saint-Georges de l’Oyapock, où le ti-bwa, est accompagné uniquement des tambours « coupé » et « plombé ».     

Stage de tambours ©v porphyre

Le tambour une découverte, une passion, chacun a sa motivation

Un cours qui tient en haleine, ces tambouyens, avides d’informations pour découvrir celui qui fut nommé à une époque, le piano des pauvres, avant de reconquérir ses lettres de noblesse.

stagiaire ©v porphyre

J’ai sept ans, mais je fais du tambour depuis l’âge de cinq ans. J’aime beaucoup ça. Les rythmes, quand ça bouge, je préfère le tambour au ti-bwa, et j’ai vraiment hâte d’être à vendredi pour le spectacle.

Sohana stagiaire

Normalement je joue de la guitare, mais le tambour, j’ai toujours aimé ça. Donc dès qu’il y a des stages de tambours pendant les vacances, je m’inscris immédiatement. La première fois que le tambour m’a vraiment intéressé, c’était à une fête familiale, et mon oncle, il jouait trop bien, le son était magnifique, ça a été mon premier coup de cœur avec le tambour.

Maëly 13 ans

Mon père joue déjà au tambour, mais j’ai voulu venir à un cours, pour apprendre, car c’est impressionnant de jouer, parmi d’autres personnes, qui maîtrisent déjà le tambour. Là c’est parfait, je peux apprendre sans stress tranquillement et me faire plaisir

Keelyann 14 ans

Tambours ©v porphyre

Des ateliers, une restitution et un festival à l’horizon

Ce vendredi 29 avril,  à midi, à l’EPCC, les stagiaires, présenteront un spectacle.  Ces stages sont là pour annoncer le festival «  Pyano Savann ». Une manifestation dédiée à la valorisation des tambours créoles, et amérindiens de Guyane. Sans oublier des chants, des danses, et tout un pan historique qui seront présentés lors de ce festival "Pyano Savann", qui aura lieu du 10 mai au 10 juin et qui sera organisé par "l’association Tanbou Lévé".