Brésil : Mandetta versus Bolsonaro

coronavirus
Drapeau du Brésil
©DR
Dimanche dernier le site de l'Humanité publiait un article titré "Brésil. L’Armée met au pas Bolsonaro... Un coup d'état très discret? Qu'en est-il véritablement? Au Brésil, rien ne filtre mais les relations entre le ministre de la santé Mandetta et le président Bolsonaro sont très tendues.
AUCUN média brésilien ne parle de coup d’état au brésil. Les rapports entre Jair Bolsonaro et son vice président le général Mourão sont effectivement loin d’être cordiaux mais ce n’est pas une nouveauté. Il est évident qu’ils gardent leur distance depuis l’investiture du 1er janvier 2019. La prudence est de mise.


Un ministre de la santé soutenu par les militaires

Rappelons d’abord que près de la moitié du gouvernement brésilien est composée de militaires. Certes, la grande majorité d’entre eux, a apporté lundi un soutien sans faille au ministre de la santé Henrique Mandetta mais à ce  niveau, on en serait plus au stade du désaveu sur la vision globale et les gesticulations permanentes du président au sujet du traitement la crise du Covid-19 au plan national.


Mandetta sur la corde raide et toujours en place

Depuis deux semaines, Bolsonaro contredit chaque jour son ministre de la santé qui, non seulement, est largement soutenu par la population mais aussi par les gouverneurs des états fédéraux, les présidents du sénat et de la chambre des députés. Tous sont montés au créneau en faveur de Mandetta qui avait été convoqué lundi 6 avril en fin d’après-midi au Palácio à Brasilia pour être évincé du gouvernement. Mais vers 20h, Bolsonaro faisait machine arrière et Henrique Mandetta annonçait lui même qu’il restait en place. Il aurait clairement précisé à Jair Bolsonaro que la pandémie n’en serait qu’à ses débuts au Brésil.

 

Un pacte de non agression entre les deux hommes?

Un pacte de non agression entre les deux hommes sur la base d’un possible allègement du confinement après les fêtes de pâques aurait-il été trouvé ? De nouvelles annonces sont prévues d’ici les prochaines heures mais en attendant le gouverneur de l’état de Sao Paulo rendu très soucieux par les derniers bilans du Covid-19 dans sa région a, d’ores et déjà, confirmé une prolongation et un durcissement du confinement jusqu’au 22 avril. Entre informations gouvernementales contradictoires en provenance de Brasilia d’un côté et mesures officielles prises par les gouverneurs de l’autre pour essayer d’endiguer au plus vite la propagation du virus, rien n’est vraiment clair et l’agitation politique est loin d’être terminée.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live