Brésil : 4 hommes suspectés de trafic de drogue et 4 passeurs interpellés dans le cadre de la lutte contre le crime organisé à la frontière

océan atlantique
Police de l'Amapa
Police de l'Amapa ©Police de l'Amapa
La Police Civile de l’Amapá intensifie ses actions de lutte contre les différentes filières du crime organisé qui sévissent à la frontière franco-brésilienne.  Jeudi dernier, à Oiapoque, les policiers ont interpellé plusieurs malfaiteurs dont 4 hommes suspectés de trafic de drogue et 4 passeurs.

La Police Civile de l’Amapá intensifie ses actions de lutte contre les différentes filières du crime organisé qui sévissent à la frontière franco-brésilienne. Jeudi dernier, à Oiapoque, les policiers ont ainsi interpellé plusieurs malfaiteurs dont 4 hommes suspectés de trafic de drogue et 4 passeurs impliqués dans un trafic international de migrants.

Plusieurs opérations

Oiapoque
Police de l'Amapa ©Police de l'Amapa

Une information largement relayée depuis plusieurs jours par les médias brésiliens. Un joli coup de filet de la Police civile de l’Amapa réussi à la frontière entre la Guyane et le Brésil. Bilan : huit hommes interpellés. Quatre trafiquants de drogue et quatre passeurs. 350 mille réais en espèces saisis sans oublier des médicaments, du matériel pour les sites d’orpaillage clandestins dont deux moteurs hors-bords volés en Guyane. La cible principale de cette opération : un homme soupçonné d’être à la tête de ce trafic international d’êtres humains. Cette action coup de poing menée dans le cadre de la coopération franco-brésilienne est l’aboutissement d’une enquête débutée il y a deux mois à l’aide de cartographie des rivières et fleuves, surveillance des bateaux…

Nous avons mené une opération très intensive pour lutter contre le trafic d’êtres humains. Nous avons réussi à capturer un passeur, un contrebandier, qui facilitait la migration illégale de réfugiés Cubains, Haïtiens, venus du Suriname et de la Guyane Française jusqu’ici au Brésil (...) Au total, dans cette opération, huit passeurs ont été interpellés. (...) Une opération conjointe avec la police française, avec la PAF et d’autres forces armées françaises. Ainsi,  à bord d’une embarcation, La Flèche noire, pendant deux mois, plusieurs policiers dont trois policiers ont patrouillé sur le fleuve de façon régulière. Au-delà du trafic de migrants, je soupçonnais l’un des contrevenants d’être le plus grand distributeur de médicaments à la frontière. Il collabore avec des organisations criminelles ici dans l’Amapá. 

Charles Correa délégué de la Police Civile de l’Amapa à Oiapoque.

 

Des bateaux

Oiapoque
Police de l'Amapa ©Police de l'Amapa

Afin de réaliser ce coup de filet en flag et appréhender le chef du trafic, la Police civile a élaboré un piège : un cheval de Troie. Des policiers déguisés en marins ont servi d’appât. Cette équipe a réussi à arraisonner une embarcation illégale. A son bord, elle a opéré des patrouilles régulières sur le fleuve. Le navire de la police est quant à lui retourné à Oiapoque, afin de faire croire aux criminels que l’opération était terminée. Pendant ce temps, la police a maintenu la surveillance des allées et venues sur le fleuve. La cible identifiée et repérée, les forces de l’ordre ont lancé leur approche et elles sont passées à l’abordage.

Avec la Police française, nous capturé un premier passeur. Ensuite, avec juste un pilote et un policier, nous avons utilisé le navire saisi pour remonter la filière. Puis, avec le soutien des équipes policières à bord de notre propre bateau, nous avons capturé les autres dans leur campement. Cette opération est une réussite. Nous avons pu interpeller en flagrant délit des criminels pour migration illégale, atteinte à la sécurité dans le transport fluvial, détournement de fonds, trafic international d’armes, de munitions et d’accessoires. 

Charles Correa délégué de la Police Civile de l’Amapa à Oiapoque.

 

Opération à terre

La police militaire a également menée une opération à terre, à Oiapoque même. Le soir même, vers 23h40, lors d'une perquisition dans les chambres d'un hôtel,  une équipe de la police civile a trouvé plusieurs médicaments en grande quantité à l'intérieur d'un jerrican. La détentrice du lot, une femme de 37 ans,  a avoué qu'elle n'avait pas de facture et/ou de documents officiels prouvant l'origine légale des médicaments. Selon le délégué de la Police Civile, Charles Corrêa, son objectif était de revendre les médicaments en Guyane, dans des sites d’orpaillage clandestins.