Brésil : inconscience face au covid sur les plages, et retard de la vaccination

océan atlantique
Vaccin
©Photo AFP Archives Nelson Almeida.

Le Brésil en retard : la vaccination contre le coronavirus ne devrait pas débuter avant le 20 janvier. Notamment à cause des réticences du président Bolsonaro. En attendant, la foule se presse sur les plages. Pourtant, le nombre de cas de covid 19 et de morts ne cessent d’augmenter.

Le Brésil en retard par rapport à ses voisins. La vaccination contre le coronavirus ne devrait pas débuter avant le 20 janvier. Notamment à cause des réticences du président Bolsonaro. En attendant, la foule se presse sur les plages sans aucun respect des consignes de sécurité (distanciation, masque…). Pourtant, le nombre de cas de covid 19 et de morts de la maladie ne cessent d’augmenter. Affluence et promiscuité se conjuguent sur les plages brésiliennes. Comme le week-end dernier sur celle d’Ipanema à Rio de Janeiro. Des milliers de personnes s’y sont retrouvées.

Le poids des habitudes,

très peu de masques à la plage…

La chaleur de l'été austral et les habitudes semblent plus fortes que la peur du coronavirus, comme l’explique à Reuters Felipe Araujo Ramos, un ingénieur, touriste  présent à Ipanema :

« Pour être honnête, les Brésiliens ne peuvent pas rester longtemps à la maison. Les Brésiliens ne peuvent pas rester comme ça (à la maison) longtemps. Non. C’est la vérité.»

De son côté Franciela Silva, analyste en marketing, elle aussi venue à la plage, déplore d’être une des rares à respecter certaines consignes de sécurité :

« Je suis probablement la seule à porter un masque facial par ici... »

 

L’espoir de la vaccination

Cimetiere Manaus
©Cimetière de Manaus, section réservée aux victimes du covid 19. AFP Michael Dantas

Pourtant on dénombre plusieurs dizaines de milliers de nouvelles contaminations en moyenne par jour dans le pays qui connait une deuxième vague de la pandémie. Le Brésil a dépassé les 8 100 000 cas de covid 19. Avec plus de 203 000 décès liés à la maladie. Face au manque fréquent de précautions, notamment de distanciation physique, Kleber Lopes, professeur d'éducation physique,… lui aussi sur la plage, … garde un espoir :

« J'espère que le vaccin arrivera bientôt, avant février pour que nous puissions mener une vie normale. »

 

Des vaccinations prévues, mais en retard

En tout, 354 millions de doses auraient été commandées pour 2021 (en particulier du vaccin chinois sinovac et de celui d'Astra Zeneca). Mais le pays a pris du retard par rapport à ses voisins. De fait, les immunisations ne devraient pas débuter après le 20 janvier prochain. Selon l’infectiologue Alexandre Naime Barboza, de l’université d’Etat de Sao Paulo :

« Il n'y a pas eu le strict minimum de planification et d'organisation logistique pour l'établissement d'un plan de vaccination réalisable…  Il y a une intention claire, au sein du gouvernement fédéral, de discréditer les vaccins contre le covid »

 

L’attitude du chef de l’Etat mise en cause

En cause, notamment, les réticences du chef de l'Etat. Jaïr Bolsonaro a minimisé la gravité du virus. Il ne se fera pas vacciner et ironisait encore récemment, sur un des vaccins envisagés :

« Et avec le vaccin Pfizer, c'est très clair dans le contrat." Nous Pfizer ne sommes responsables d'aucun effet secondaire." Si vous vous transformez en alligator, c'est votre problème. »

Selon un sondage, en décembre dernier, plus d’un Brésilien sur 5 refusait le vaccin contre moins de 10% quelques mois auparavant. Cependant, cette méfiance relative pourrait retomber au fur et à mesure que les inoculations se multiplieront et que leur effet protecteur apparaitra.