Cayenne : l' opération de mise à l'abri des migrants de la Pointe Buzaré a démarré

immigration guyane
Démantèlement du camp de migrants de la Point Buzaré à Cayenne
©Guyane la 1ère

L'opération d'évacuation de la Pointe Buzaré à Cayenne a démarré ce 10 février. Elle est menée par la Préfecture. 152 personnes sont concernées par un critère de vulnérabilité ou sont en demande d’asile, et à partir ce mercredi ont été placées dans des hébergements temporaires.

Depuis maintenant plus de cinq mois des demandeurs d’asile sont installés sur le site de la Pointe Buzaré. Installés dans des conditions insalubres 152 personnes sont concernées par un critère de vulnérabilité ou sont en demande d’asile, et seront placées dans des hébergements temporaires. Une vingtaine de personnes ont été logées le jour même par la Croix rouge française. 

Démantèlement d'un camp de grande insalubrité


Depuis maintenant plus de cinq mois c’est le même rituel, une toilette spartiate à côté des poubelles qui n’ont pas été ramassées depuis plusieurs dizaines de jours. Une situation insalubre qui interroge en pleine crise sanitaire. La maire de Cayenne et son équipe reste à distance pour constater la situation avant le début de l’opération d’évacuation de la pointe Buzaré.

Depuis deux semaines les demandeurs d’asile, installés sur la presqu’île savent qu'ils ne peuvent pas y rester. Les services de l’état lance une opération d’évacuation dans des hébergements temporaires.
Pedro et Daniela sont arrivés en octobre, avec la saison des pluies, les conditions sanitaires se sont très vite dégradés.

Et bien maintenant nous allons dans une maison avec une salle de bain et un toit. Ici avec la pluie l’eau s’infiltre partout et le vent me donne beaucoup d’allergies. Avoir une vraie maison ce sera mieux pour nous. 


Sans accès à des sanitaires et avec un éclairage public non fonctionnel, le couple est heureux de quitter le camp. Ils seront installés dans un hébergement hôtelier. Pour Mileydi et sa famille avoir ce nouveau logement est une vraie chance :

Je suis très contente, très reconnaissante avec toute les organisations et le gouvernement d’avoir un logement. C’est une vraie opportunité. Grâce à ça nous allons continuer d’avoir de l’espoir. Je suis très reconnaissante, très heureuse.

 

Une opération de déplacement qui va durer une semaine


Après avoir fait un test covid-19 les familles sont prises en charge par La Croix rouge française. Pour cette première journée cinq familles sont installées dans des logements.

Humainement on ne peut pas pendant une saison des pluies intense avec tout ce qui découle. Déjà le covid qui traîne, les moustiques et le palu , laisser des familles comme cela ce n'était pas possible


Avec l’électricité, l’eau courante et des chambres séparées, la famille de Mileydi  est heureuse d’avoir un nouveau toit.

C’est évidemment mieux que sur la plage. Les conditions de vie sont biens meilleures. Et je les remercie pour ça. C’est une vraie chance.


L'opération de déplacement et de relogement devrait durer une semaine.
Ces hébergements sont provisoires, l’an dernier, seulement 11 % des demandeurs d’asile ont étaient hébergés, et le territoire n’a toujours pas de centre d’accueil pour cette catégorie de migrants.  

 

Buzaré : l'évacuation du camp de migrants a commencé.