"Auteurs de violence conjugale" : un centre de prise en charge et de suivi pour éviter la récidive

société cayenne
Inauguration centre
©Céline Fleuzin
Le centre de prise en charge et de suivi des auteurs de violences conjugales (CPCA) a été inauguré au siège de l’association SOS Solidarités à Cayenne. Ce nouvel établissement a pour objectif d’accompagner les auteurs de violence dans leur guérison.
violences conjugales
Photo d'illustration ©M.N

Le centre de prise en charge et de suivi des auteurs de violences conjugales était très attendu et a été inauguré ce matin au siège de l’association SOS solidarités à Cayenne. Il s’agit de la concrétisation d’une des mesures actées à l’issue du Grenelle contre les violences faites aux femmes en novembre 2019. Au total 30 structures ont été créées dont celle-ci en Guyane.

Ce nouvel établissement, situé dans le secteur de la Madeleine, est en fait déjà actif depuis trois mois et accueille ses premiers pensionnaires. Ils sont orientés le plus souvent par le service pénitentiaire d’insertion et de probation et par le tribunal judiciaire. Ils peuvent également venir sur la base du volontariat.

Depuis début juin, ce sont 43 auteurs qui ont été orientés. Ils viennent de Cayenne, Kourou et Saint-Laurent. Pour l’instant nous développons les actions de prise en charge, d’accompagnement, de responsabilité. Le prochain objectif est de multiplier les places d’hébergement pour faire sortir les auteurs de violence du domicile conjugal.

 Laëtitia Lavedan coordinatrice

 

Prévenir le passage à l'acte 

Inauguration centre
©Céline Fleuzin

En Guyane, c’est le groupe SOS Solidarités qui a été retenu, après un appel à projets lancé sous l’égide du ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances. Le but est de favoriser la prévention du passage à l’acte et de la récidive.

Isabelle Hidair Krivsky
Isabelle Hidair-Krivsky déléguée régionale aux droits des femmes ©DR

Il est beaucoup plus difficile de déplacer les victimes, des femmes souvent accompagnées d’enfants. Il est plus pratique d’éloigner l’auteur et de l’accompagner dans une prise en charge, afin qu’il prenne conscience de ses actes. Il s’agit de mettre en place un diagnostic, et de le prendre en charge en termes de santé mentale mais aussi d’insertion professionnelle.

Extrait JT 13h Isabelle Hidair-Krivsky. directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité

Un numéro existe pour les auteurs de violences : le 08 019 019 11. Il a été lancé avec la Fédération nationale des associations d’accompagnement des auteurs de violences conjugales.

En outre, le gouvernement a fait des nouvelles annonces au début du mois, en faveur cette fois des victimes : des téléphones grave danger, augmentation des recours aux bracelets anti-rapprochement, enfin renforcement de la gouvernance locale de la politique de lutte contre ces violences.