guyane
info locale

"Loi Handicap et Citoyenneté" un 15e anniversaire célébré sans saveur par les acteurs du Handicap

handicap cayenne
Manifestation devant MDPH
©Jessy Xavier
« En Guyane comme partout, un droit n’est pas une faveur », slogan d'un tract distribué par des manifestants répondant à l'appel national à la mobilisation devant les MDPH. Une manifestation avec en toile de fond les annonces d'Emmanuel Macron sur la prise en charge du handicap en France. 
 
C’est une loi qui a fait date, la "loi Handicap et Citoyenneté" de 2005, du 11 février 2005 plus exactement, c’est donc son anniversaire aujourd’hui. Sauf que cette loi qui pose le principe de la compensation du handicap et de l’obligation de solidarité de la société vis-à-vis de la personne handicapée, n’est pas respectée, selon l’expérience de nombreuses familles et associations.


La prise en charge en questions

C’est pour dénoncer les difficultés des usagers qu’un appel à la mobilisation devant les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) a été lancé partout en France. A Cayenne ils étaient un peu plus d’une dizaine à répondre à cet appel. Derrière cette mobilisation : les membres de différentes associations de défense des droits des personnes en situation de handicap mais aussi une volonté de mobilisation citoyenne pour alerter sur les difficultés que rencontrent les usagers. 


Des annonces

Une Journée de mobilisation nationale, 15 ans après l’adoption de la loi Handicap. Ce matin, lors de la conférence nationale du Handicap,  le président de la République a fait de nombreuses annonces, notamment celle de la création d’un numéro unique, le 360, l’embauche de 11 500 accompagnants scolaires d’ici 2022, ou encore 400 plateformes ou communautés d’accompagnement  avec une simplicité d’accès. De plus, la création d'un "module handicap dans la formation initiale de professeurs des écoles et des enseignants du secondaire" a été décidée. 

Emmanuel Macron souhaite également un traitement plus rapide de l'allocation handicapée qui, au 1er janvier prochain, n'excédera pas les trois mois. Autant de mesures, dont la concrétisation en Guyane est très attendue.

 
Publicité