Noël et ces sourires des migrants et demandeurs d'asile de Pointe Buzaré

solidarité cayenne
pointe buzare
©G. Perrot

Quand la Pointe Buzaré a « comme un air de fête ». A Noël, à l’occasion d’une distribution d’un repas de Noël et de cadeaux pour les enfants, les migrants ont vécu un moment de bonheur grâce à la solidarité et la générosité, des gestes très appréciés.

Eux aussi ont eu droit à Noël. Ils sont presque 200 migrants ou demandeurs d'asile à vivre à la Pointe Buzaré. Leur Noël a été marqué par cette action de solidarité en ce jour de réveillon organisé par l’association Humanity First. Environ 170 repas ont été distribués aux personnes qui vivent depuis près de 8 mois sous des tentes à la pointe Buzaré, un espace qui apparaît comme une sorte de camp de réfugiés en plein cœur du centre-ville de Cayenne.

buzare

Cette action a fait sortir des sourires sur les visages notamment des enfants et de leurs parents, une parenthèse en ce jour de noël qui a donné du baume au cœur de ces personnes installées à Pointe Buzaré depuis trop longtemps certainement.

Et en ce jour de distribution de cadeaux, voir tous ces enfants déracinés retrouver le sourire est un grand moment de joie partagé en famille mais aussi par toute la communauté.  

Les bénévoles de l’association Humanity First distribuent des centaines de repas chauds aux réfugiés et migrants de la pointe Buzaré mais aussi aux sans domiciles fixes de Cayenne depuis 8 mois déjà, des moments particuliers chaque jour pour ces bénévoles et les membres de la communauté des migrants installés sous des tentes.

En ce jour de noël, pour améliorer l’ordinaire et marquer Noël, enfants et adultes ont eu droit à un repas un peu spécial avec boisson fraiche, gâteau et chocolat en dessert. Une action rendue possible grâce à la bienveillance de généreux donateurs et des nombreux bénévoles de l’association.

Noël comme une parenthèse et des sourires

Certains candidats à l’exil ont profité de cette journée un peu spéciale pour raconter leur parcours et leurs motivations pour rejoindre la France. Entre les menaces de mort, les persécutions et la fuite de régimes autoritaires, ces migrants parlent de recherche de vie meilleure pour eux et leurs familles

«  pas d’autre choix que de fuir vers la Guyane "

 

souligne l’un d’eux

« mon seul souhait est de pouvoir vivre et travailler comme tout le monde dans un pays en paix ».

 

En ce jour de noël, ces quelques mots résonnent et font réfléchir quant à la situation de ces migrants en quête de vie meilleure.

Si à l’occasion de Noël, plusieurs association sont venus offrir des cadeaux et des repas, la magie de cette fête ne peut pas gommer l’extrême pauvreté dans laquelle sont plongés les quelques 180 personnes qui à la Pointe Buzaré.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live