guyane
info locale

Ouverture d'un dispositif d'accueil de nuit pour les réfugiés syriens : 50 places offertes de 18h30 à 7h30

immigration cayenne
Place réservée aux Syriens
©Olivier Damone
Un geste de l’Etat en faveur des ressortissants syriens débarqués sur l’île de Cayenne début janvier. 50 lits gérées par la Croix Rouge dans un bâtiment prêté par la mairie de Cayenne sont mises à leur disposition.
Une partie des ressortissants syriens débarqués sur l’île de Cayenne début janvier bénéficie depuis samedi soir d’un endroit où passer la nuit. Au total : 50 places gérées par la Croix Rouge dans un bâtiment prêté par la mairie de Cayenne. Il s’agit pour la préfecture de mettre à l’abri les plus fragiles de ces demandeurs d’asiles, les femmes et les enfants, qui jusqu’à présents étaient pour la plupart dans la rue.
Il s’agit d’un dispositif temporaire, les réfugiés accueillis -des Syriens pour l’essentiel- rejoindront d’ici la fin du mois, des lieux d’hébergement plus pérennes. L'espace est disponible de 18h30 à 7h30. 


Explosion de demandes d'asile 

Cette augmentation de places est une réponse à l’explosion des demandes d’asile, 2900 l’an passé, au total, la Guyane dispose de 166 places en hébergements d’urgence, auxquelles il faut ajouter les 286 chambres d’hôtel réquisitionnées. Néanmoins ce renforcement de l’offre d’accueil transitoire ne signifie pas assouplissement de la politique contre l’immigration irrégulière.
L’Etat rappelle que les actions ciblées se poursuivent, avec des contrôles d’identités  aléatoires sur le territoire, systématiques aux check-points d’Iracoubo et de Régina.
La lutte contre l’occupation illégale  fait aussi l’objet d’une attention accrue, l’Etat veut perpétuer le démantèlement de squats. Les services de l’Etat agissent aussi de manière préventive, les refus d’admissions sur le territoire ont été multipliés par 20 entre 2018 et 2019, si on y ajoute, les procédures d’éloignement, on aboutit à 8500 décisions de régulations  prises par les autorités l’an passé.
 
Publicité