Poursuite de la grève à la Régie de transport communautaire

social cayenne
Centre Littoral : une douzaine de chauffeurs de bus encore en droit de retrait
©Mélodie NOURRY
La grève se poursuit à la RCT. Aucun bus n’a roulé hier mardi 22 septembre sur le réseau de transports en commun de l’agglomération cayennaise. Initié par l’UTG, le mouvement dénonce le changement de statut réservé aux agents dans le cadre de la mutation de l’opération en société mixte, une Semop.
 
La grève se poursuit à la RCT. Aucun bus n’a roulé hier sur le réseau de transports en commun de l’agglomération cayennaise. Initié par l’UTG, le mouvement dénonce le changement de statut réservé aux agents dans le cadre de la mutation de l’opération en société mixte, une Semop.
Pour l’heure, pas de négociations. Les discussions reprendront ce jour. La direction de la CACL et l’autorité d’organisation de mobilité du réseau « souhaitent la reprise de la circulation ».
Le réseau transporte en temps normal environ 11 000 passagers par jour, hors scolaires, selon une enquête de l’Insee de 2015. L’arrêt total de la circulation des bus a donc des répercussions.
 

Les chiffres clés de l’exploitation de ces transports en commun 

Près d’un tiers de la population de l’agglomération cayennaise ne possède pas de voiture. C’est évidemment le public concerné prioritairement par l’offre de transport en commun par la CACL qui peut prendre en charge actuellement 11 000 passagers tous les jours, auxquels s’ajoutent environ 10 000 scolaires. Cela représente 2,1 millions de passagers par an dans des bus qui effectue 2,5 millions de kilomètres au cours de cette même année.
Le réseau a besoin d’anticiper la hausse continue du nombre de passagers. La prochaine, c’est la mise en service du bus à haut niveau de service. Le TCSP, dont les travaux de réalisation n’ont pas encore débuté, devrait permettre de transporter, à lui seul, 16 000 passagers par jour.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live