Commémoration de l'éruption Montagne Pelée : un jumelage entre Rémire-Montjoly et Saint Pierre en hommage aux centaines de survivants accueillis en Guyane

culture
Saint-Pierre
La baie de Saint-Pierre après l'éruption ©DR
Ce dimanche 8 mai 2022, marque le 120e anniversaire de l'éruption de la montagne Pelée. Une commémoration en grandes pompes marquée par un jumelage entre Rémire-Montjoly terre d’accueil des survivants et la ville de Saint-Pierre.

C’est l’un des temps forts des festivités de la Commémoration du 120 e anniversaire de l’éruption de la montagne Pelée : la signature officialisant le jumelage entre Rémire-Montjoly de Guyane et Saint-Pierre de la Martinique. Une délégation emmenée par Claude Plénet maire de Rémire-Montjoly a fait le déplacement pour sceller cette association entre les deux villes historiques.

Des familles accueillies à Rémire-Montjoly

Vestiges de "Lakou mango" où furent accueillis les survivants de l'éruption de la montagne Pelée
Vestiges de "Lakou mango" où furent accueillis les survivants de l'éruption de la montagne Pelée ©HANAUER Gabriel

Le 8 mai 1902, la montagne Pelée entrait en éruption à Saint-Pierre en Martinique faisant 30.000 morts, en quelques secondes, c’est l’anéantissement total de la ville. Seuls deux survivants sont retrouvés. Plusieurs centaines d’habitants quittèrent la périphérie épargnée. Certains d’entre eux furent accueillis à Rémire-Montjoly. Environ 80 familles arrivèrent en Guyane en juillet 1902 et la colonie les installa à Rémire-Montjoly au lieu appelé aujourd'hui "Lakou mango".

Les Martiniquais reçoivent logements, vêtements, nourriture et le matériel nécessaire pour mettre en valeur l'immense terrain en friche donné par la mairie. Chaque famille a reçu à l'époque, un hectare de terre. Les rues du bourg de Rémire-Montjoly portent les noms de ces Martiniquais, aujourd’hui Guyanais.

Claude Plénet
Claude Plénet maire de Rémire-Montjoly ©DR

Les premiers souvenirs sont des familles qui se sont installées : les Milock, les Caristan, les Saint-Cyr, les Lony, les Ruffinel, nous avons des rues qui portent le nom de familles sinistrées. Montjoly a une histoire avec Saint Pierre. Il est important de se souvenir. Après ce jumelage nous aurons des travaux pédagogiques communs, mais aussi touristiques et culturels. Saint- Pierre est une ville d’art et d’histoire et nous ne pouvions pas ne pas sceller de partenariat. Il est important pour nous de nous approprier cette histoire.

Claude Plénet maire de Rémire-Montjoly

Les festivités se poursuivront tout le mois de mai. Sport, musique, danse, théâtre, expositions et conférences sont au programme de la 47e édition du Mai de Saint-Pierre.