Coronavirus : 24h après la découverte des variants sur le territoire, ce que l'on sait.

coronavirus
Coronavirus Echantillons de tests Covid au laboratoire de l'hôpital de Cayenne
Echantillons de tests Covid ©Gaël Ho A Sim

24h après l’annonce de la découverte de variants sur le territoire guyanais, l’enquête des autorités sanitaires suit son cours. Leur origine n’est pas encore connue. Une certitude, les personnes diagnostiquées se sont rendues à Dubaï, pas forcément par le même avion. 

24h après l’annonce de la découverte de variants sur le territoire guyanais, l’enquête des autorités sanitaires suit son cours. Leur origine n’est pas encore connue. Une certitude, ces variants se sont manifestés après un voyage aérien. Les quatre personnes diagnostiquées positives au Covid et à un variant se sont toutes rendues à Dubaï. Des femmes qui cependant n'ont pas toutes pris le même avion ou le même circuit. C’est la seule certitude qu’a aujourd’hui l’ARS dont l’enquête se poursuit avec l’Assurance maladie. Les résultats seront connus dans quelques jours et devraient permettre de comprendre le cheminement des varaints sur le territoire. Ces variants sont des mutations du Coronavirus et portent le nom du pays qui en a fait la découverte. Ils ont pour caractéristique d'être plus contagieux. 

  • Combien de variants ont été détectés à ce jour ?   

Quatre personnes se sont révélées positives après des tests pratiqués par le laboratoire Eurofins. Des femmes âgées de 57 à 62 ans, résidant à Rémire-Montjoly, Matoury et Cayenne. Trois prélèvements datent du 4 février et un du 9 février. L’une des trois premières personnes est décédée la semaine dernière. Les trois autres sont prises en charge par les autorités sanitaires dans le cadre des procédures renforcées « variant ». La seule certitude est que ces quatre personnes revenaient de séjours dans l'hexagone, et à Dubaï, les semaines précédentes.

  • Comment ont été diagnostiqués les variants ?

Les tests COVID posititifs font depuis quelques semaines l’objet d’une RT-PCR de criblage. Il s’agit de déterminer  la présence d’un variant, c’est-à-dire «  l’une des souches particulièrement surveillées dans le monde du fait de leur contagiosité accrue ». Ensuite a lieu le séquençage, plus long.

  • Quelles sont les origines des variants détectés ?

A ce jour, les examens sont encore en cours. Le séquençage permet de connaître précisément la nature du variant en cause. Actuellement il existe trois origines de variants dans le monde : sud-africaine, brésilienne et anglaise. Les résultats seront connus dans quelques jours.

  • Quelles sont les procédures mises en place pour faire face aux variants ?

L’isolement est de dix jours pour les personnes porteuses du variant sud-africain (V2) ou brésilien (V3). La levée de l’isolement est conditionnée à l’obtention d’un test négatif. Si le second test est positif, l’isolement est prolongé de sept jours. En cas de fort risque de propagation du virus, une offre spécifique d’hébergement est proposée. Le contact tracing est également renforcé. Il est assuré par l’Assurance Maladie exclusivement. Les cas contacts des porteurs de variant doivent eux aussi bénéficier d’un test RT-PCR immédiat. En cas de résultat positif, l’échantillon sera séquencé ou criblé à son tour. En cas de résultat négatif, la personne devra néanmoins respecter scrupuleusement l’isolement de sept jours depuis son dernier contact à risque et effectuer une nouvelle RT-PCR à l’issue de cette période.
Le contact warning est une autre nouvelle disposition liée aux variants, il s’agit de traiter les « contacts de contact » qui n’étaient jusqu’à présent pas concernés par les procédures d’alerte. Désormais, les sujets contacts à risque d’un porteur de variant vont être invités à alerter les personnes avec qui ils ont été en contact à risque depuis leur dernière exposition avec le porteur du variant.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live