Coronavirus : Macapa, la capitale de l'Amapa au Brésil, principal foyer épidémique

coronavirus
Hôpital de Macapa
Hôpital de Macapa ©DR
En une semaine, le nombre de personnes contaminées au Covid-19 a doublé en Amapa. Il a atteint ce 29 avril, le chiffre 1016. Macapa, la capitale est le principal foyer de l'épidémie. Pour le sénateur Randolfe Rodrigues, le réseau sanitaire de l'Amapa est proche de l'effondrement.  
L'épidémie de coronavirus poursuit son inéluctable progression dans l'état voisin de la Guyane. Le nombre de personnes touchées par le virus augmente toujours autant. 94 cas supplémentaires en 24h. Au soir du 29 avril, le bulletin quotidien des autorités sanitaires annonçait 1016 cas positifs avec pour la seule ville de Macapa 789 cas. 
La capitale est le foyer de l'épidémie.
Unité d'accueil des malades du Covid-19 à Macapa
Unité d'accueil des malades du Covid-19 à Macapa ©Marcio Pinheiro
On tente avec encore trop peu de moyens de juguler la crise en aménageant les hôpitaux. Une unité supplémentaire d'une dizaine de lits a été ajoutée devant l'hôpital d'urgence pour accueillir spécifiquement les malades du Covid-19. Une sorte de premier triage des patients, selon leur état de gravité, y est effectué.
On comptabilise désormais 31 morts en Amapa. 


23 cas positifs à Oiapoque 

Dans la commune voisine de la Guyane, Oiapoque, il y a 23 personnes touchées par le virus, 25 cas suspects et 1 décès intervenu en début de semaine. La situation est très inquiétante au vu des faibles moyens de lutte dont dispose la ville très enclavée. De nombreuses personnes, ne pouvant plus travailler, sont plongées dans des situations de grande précarité. Certains habitants font appel à la solidarité et sollicitent l'aide sanitaire française telle la président de l'union des commerçants, Lilma Da Silva Campos :
 
Lima da Silva Campos distribue de l'aide alimentaire
Lima da Silva Campos distribue de l'aide alimentaire

... En ce moment cela devient très précaire, nous n'avons pas de médecin spécialisé... je demande à nos voisins de venir en aide ... avec un regard plus affectueux pour nous... si nous avons une coopération entre le Brésil et la France, pourquoi pas nous aider à ce me moment de précarité dans notre ville... Je demande que les autorités françaises puissent nous voir autrement et venir nous aider au niveau de la santé. On est pas préparé... l'état nous abandonne et depuis que la frontière est fermée on est encore plus abandonné ... s'il vous plait aidez-nous!

 

Lima da Silva Campos, présidente de l'Union des commerçants d'Oiapoque



 


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live