Coronavirus : le préfet Marc Del Grande appelle à la responsabilité de tous et annonce de nouvelles mesures pour faire face à l'épidémie de Covid-19

coronavirus
Conseil de crise
©Laurent Marot
Vers un reconfinement ? Avec plus de 773 cas, la Covid-19 circule activement en Guyane. Six patients sont en réanimation, et depuis vendredi la barre des 40 cas quotidiens est allégrement franchie. En attendant l’arbitrage de l’Etat, de nouvelles mesures ont été prises. 
Vers un reconfinement ? La question se pose aujourd’hui. Avec plus de 773  cas, le Covid-19 circule activement en Guyane. Six patients sont en réanimation, et depuis vendredi la barre des 40 cas quotidiens est allégrement franchie. En attendant l’arbitrage de l’Etat, le préfet de Guyane a pris de nouvelles mesures.


Nouvelles mesures

Dans un communiqué, le préfet Marc Del Grande lance un appel au sens de la responsabilité de tous, car nous sommes tous égaux devant ce coronavirus. La priorité est une nouvelle fois de respecter les gestes barrières, la distanciation physique, le regroupement en petit comité, le couvre-feu et limiter le plus possible ses déplacements. Des mesures simples, mais qui ont démontré leur efficacité. Le port du masque est également vivement recommandé. En clair, l’accès est limité à une personne par foyer dans les commerces, les rassemblements de plus de dix personnes et le sport collectif sont interdits.
Les communes de Camopi et Saint Georges sont en confinement, avec un couvre-feu de 21h à 5h. Apatou, Cayenne, Grand-Santi, Kourou, Macouria, Mana, Maripasoula, Matoury, Papaïchton, Rémire-Montjoly et Saint-Laurent restent déconfinées mais avec un couvre-feu de de 23h à 5h …


Confinement ou non ? 

Une réunion de crise a eu lieu hier avec les grands élus de Guyane. Le préfet a annoncé que le gouvernement donnerait sa décision le 10 juin. Le gouvernement devrait prendre l'attache du Conseil scientifique qui s’est prononcé la semaine dernière sur le post-confinement. Il a rendu un rapport sur les différents scénarios possibles. Il en définit quatre : d’une épidémie sous contrôle...à une dégradation critique des indicateurs, traduisant une perte de contrôle de l’épidémie avec une importante mortalité. Pour l’heure, ce n’est pas le cas en Guyane. Toutefois, ces critères devraient déterminer le futur arbitrage du gouvernement.  
Les Outre-mer en continu
Accéder au live