Coronavirus : une épidémie en nette régression, un coronavirus encore très actif

coronavirus
Coronavirus
« Les plus fragiles ne sont protégés que par l’action responsable de ceux qui les entourent ». Cette phrase résume à elle seule, la responsabilité de chacun dans la crise sanitaire. L’épidémie est en nette régression mais le coronavirus circule encore.
« Les plus fragiles ne sont protégés que par l’action responsable de ceux qui les entourent ». Cette phrase résume à elle seule, la responsabilité de chacun dans la crise sanitaire actuelle. Le point épidémiologique de Santé publique France est paru. L’épidémie est en nette régression mais le coronavirus circule encore.
 

Pas de nouveau cluster

Les tests salivaires effectués à l'hôpital de Cayenne
Les tests salivaires effectués à l'hôpital de Cayenne ©Guyane la 1ère
Au 22 octobre, 15 cas étaient confirmés en moyenne au quotidien avec un taux de dépistage hebdomadaire de 686 tests pour 100 000 habitants. Le taux de reproduction effectif (R effectif) est estimé à 0,71 [0,57-0,87]. Cayenne, Kourou et Saint-Laurent restent les villes où sont concentrés les  cas. Les personnes asymptomatiques représentaient 78% des tests contre 81% la semaine d’avant. Aucun nouveau cluster n’a été decelé.

« Au 21 octobre 2020, le bilan s’élève à 23 clusters (hors Ehpad et milieu familial restreint) identifiés en Guyane depuis le 1er juillet : 21 sont clôturés, 1 est maitrisé et 1 est toujours en cours d’investigation ».


Les hospitalisations en baisse

Une chambre de réanimation affectée aux patients covid
Une chambre de réanimation du Centre hospitalier de Cayenne affectée aux patients covid ©Lindy Nedan
13 personnes ont été hospitalisées, tous services confondus. Aucune admission en réanimation n’a été enregistrée, ni de décès. Au total, entre le 4 mars et le 21 octobre 8h, 69 personnes sont décédées du Covid-19.

« Les nouvelles hospitalisations en Guyane sont faibles et en baisse et aucune admission en réanimation, ni décès n’ont été enregistrés en semaine 42 ».


Les données rendues publiques par Santé publique France sont encourageantes, mais inutile de le rappeler, pour éviter une nouvelle vague, il est nécessaire de se protéger pour protéger les autres.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live