Covid-19 : à 24h de sa mise en œuvre, des personnels de santé manifestent contre l'obligation vaccinale

coronavirus
IFSI rentrée
Rentrée des classes aujourd’hui aussi à l’Université de Guyane avec des perturbations pour la rentrée des élèves de l’IFSI, l’Institut de formation en soins infirmiers. Une manifestation anti-vaccination obligatoire a interrompu l’accueil des étudiants.

Ce mercredi 15 septembre, les personnels des établissements de santé publics et privés auront l'obligation d'être vaccinés contre la Covid-19 sous peine de ne plus être rémunérés. Ils devront présenter la preuve d’au moins une injection de vaccin pour continuer d’exercer leur travail. Le délai pour une vaccination complète a été fixé au 15 novembre.

Contre l'obligation vaccinale

Depuis l'annonce faite par le gouvernement, les personnels de santé de Saint-Laurent à Cayenne, font entendre leur refus de se vacciner. Ainsi, une manifestation "anti-vaccination obligatoire" a interrompu l’accueil des étudiants, lors de la rentrée des classes aujourd’hui à l’Université de Guyane. Des perturbations également pour le premier jour des élèves de l’IFSI, l’Institut de formation en soins infirmiers. Une trentaine de grévistes UTG du centre hospitalier a fait irruption dans l’amphithéâtre principal. Si la cérémonie a été interrompue, le planning de rentrée lui n’est pas impacté par cette action coup de poing.

Rentrée perturbée à l'IFSI ©vidéo amateur

"Déposer la blouse"

IFSI manifestation des personnels de santé

Les infirmiers avec l’Union Régionale des Professionnels de Santé menacent de ne pas prendre en charge de patients supplémentaires à partir de mercredi 15 septembre, date de l’application de l’obligation vaccinale pour les personnels de santé. Sa présidente, Mylène Mathieu affirme être obligée de déposer la blouse à l’image d’une bonne partie des infirmiers libéraux puisque 60% d’entre eux ne sont pas vaccinés.

Nous sommes bien obligés de commencer à refuser de prodiguer des soins à cette date. C’est faire preuve de responsabilité que de permettre aux personnes de se réorienter vers l’ARS qui va trouver les moyens adéquats. A compter du 15 septembre, nous serons contraints de déposer nos blouses car nous voulons faire valoir notre droit de précaution.

 

Les infirmiers ne désarment pas

Les infirmiers libéraux guyanais ont déjà déposé une contribution au Conseil constitutionnel dans laquelle ils dénoncent l’obligation vaccinale annoncée par le gouvernement.

Reste à savoir, comment à partir du 15 septembre, sera appliquée cette mesure, refusée par une catégorie des personnels de santé.