Covid-19 : le protocole sanitaire pour les établissements scolaires de Guyane mis à jour par le Rectorat

coronavirus
Retour des élèves dans les écoles de Guyane
©Jocelyne Helgoualch
En réponse à l'évolution de la situation sanitaire, le Rectorat de Guyane a mis à jour son protocole sanitaire pour les établissements scolaires du département ce 3 mars 2022. Il était le même depuis le 25 novembre 2021. Le masque ne sera plus obligatoire pour certains élèves.

La situation sanitaire s’étant largement améliorée en Guyane, les enseignants et les élèves peuvent enfin souffler. Le Rectorat de Guyane a mis à jour le protocole sanitaire des écoles et établissements scolaire pour l’année 2022. "Cette dernière version tient compte de l’évolution favorable […] sans pour autant conduire à lever toutes les mesures de sécurisation des élèves et des personnels", précise l’organisme.

Le masque proscrit pour les élèves en classe maternelle

Concernant les gestes barrières, le protocole prévoit une poursuite des règles appliquées, notamment : le lavage des mains des élèves sous surveillance des adultes dès que possible et l’aération et la ventilation fréquentes des locaux (avant l’arrivée des élèves, pendant chaque récréation, pendant les intercours, pendant la pause déjeuner et lors des nettoyages).

Dans certaines situations pour lesquelles l’aération est rendue moins aisée, il sera procédé en lien étroit avec les collectivités territoriales à l’expérimentation de dispositifs alternatifs tels que l’installation de capture CO².

Académie de Guyane

Quant au port du masque il reste obligatoire en intérieur pour les personnels des établissements scolaires. Ils peuvent l’enlever en extérieur, même s’il reste conseillé. Pour les élèves de maternelle, il est désormais proscrit. Pour ceux des classes allant de CP à CM2, il est conseillé mais pas obligatoire. Enfin, il reste aussi obligatoire pour les élèves des collèges et des lycées.

Une période d’isolement pour les cas confirmés

En cas de fièvre et/ou d’apparition de symptômes du Covid-19 chez leurs enfants, les parents doivent s’engager à les isoler pendant sept jours et à prévenir le responsable de l’établissement. Les personnels doivent avoir ces mêmes réflexes. Ils doivent également réaliser un test PCR.

Si le résultat est positif, ils devront effectuer une demande d’arrêt de travail sur www.ameli.fr. Ils doivent rester en isolement pendant sept jours dans le cas où ils sont vaccinés et 10 jours s’ils ne le sont pas. Dans les deux cas, le retour se fait si les symptômes ont disparu depuis au moins 48 heures.

Si les symptômes persistent, ils doivent consulter leur médecin traitant. Pour les élèves (de tout niveau et vaccinés ou non), un isolement de sept jours doit être appliqué. Le retour doit se faire si une absence de symptôme est observée depuis 48 heures.

Des tests à réaliser pour les cas contacts

"La connaissance d’un cas de COVID confirmé chez un personnel n’implique pas nécessairement que les autres personnels et les élèves soient considérés comme contact à risque", indique le communiqué du Rectorat. La règle est la même pour les élèves.

Toutefois, si un membre (vacciné) du personnel est désigné comme contact à risque, il doit continuer à se rendre au travail si le résultat de son test PCR ou antigénique est négatif. Les non-vaccinés doivent respecter une période d’isolement de sept jour avec retour sous réserve de présenter un test négatif.

Un délai à respecter pour les élèves

Pour les élèves d’écoles primaires "la détermination des contacts à risque est réalisée dans les meilleurs délais par la cellule Covid", indique le Rectorat. Si des élèves sont finalement désignés comme tels, ils devront respecter un isolement de sept jours et pourront revenir sans test.

Les collégiens et lycéens devront, eux, se faire tester test dans un délai de deux jours. Il peut s'agir d'un autotest délivré par l'établissement, d'un test PCR ou encore antigénique. S’ils se testent dans les délais, les élèves devront s’isoler pendant sept jours. En revanche, s'ils le réalisent et qu'il est négatif, ils pourront retourner en cours.

Source :  Académie de Guyane