Deuxième édition du programme #LesTalentueuses

société
Les Talentueuses
Les Talentueuses de l'édition 2019 ©Les Talentueuses
Entreprendre pendant la crise, pourquoi pas ? C’est que propose l’association Femmdoubout à travers le programme #Les Talenteuses. Jusqu’au 30 novembre, les femmes qui souhaitent se lancer dans l’aventure, ont la possibilité de s’inscrire à cette formation.
Cette box de formation en ligne, étendue sur une durée de 5 mois, s’annonce comme un challenge : Etes-vous prêtes à entamer votre marathon entrepreneurial et à changer le cours de votre histoire ?

La formation #LesTalentueuses s’adresse à des femmes désireuses de se reconvertir ou encore se réinsérer au sein de la société, qu'elles soient en Guyane, Martinique, Guadeloupe ou à La Réunion. Aucun critère d’âge n'est requis, l'organisatrice du projet, Virginie Lebeau, estime qu'il n’y a pas d’âge pour entreprendre. Le nombre de places reste toutefois limité à 12 participantes par territoire. Un programme ouvert aux porteuses de projet, salariées, cadres, startuppeuses, futurpreneures, entrepreneures, intrapreneures, repreneures, demandeuses d'emploi, étudiantes.
 

Une formation intensive et immersive

Cette formation intensive et immersive axée sur l'entrepreneurship au féminin, est basée sur 11 modules. Des modules conçus pour renforcer la culture générale, apporter un réseau d’entraide, apprendre à tirer profit du numérique ou encore à solidifier les prises de décisions.
 
Les Talentueuses
©Les talentueuses

Une deuxième édition ayant pour ambition d'apporter toutes les ressources nécessaires pour que ces talentueuses puissent faire face à une situation de crise et répondre aux questions multiples qui peuvent se poser, compte tenu du contexte économique. Pour Virginie Lebeau, présidente de l’association Femmdoubout, c’est l’occasion de se lancer.
 

Virginie Lebeau : Pourquoi se lancer dans l'entrepreneuriat ?


Être entrepreneur c’est un parcours du combattant. Virginie Lebeau ne le cache pas. Pour se lancer dans l’entrepreneuriat, il faut un mental d’acier, accepter de jongler entre les réussites et les échecs, accepter également que ce projet soit une course de relais. 
 

Virginie Lebeau : l'entrepreneuriat, un parcours du combattant

Un parcours semé d’embuche mais gratifiant. Elles étaient une quarantaine de talentueuses en 2019 à avoir osé sauter le pas et ne pas le regretter.


Sophie Oxybel une des talentueuses 

Sophie Oxybel en fait partie. Après huit ans passés dans l’hexagone, à 27 ans, elle a décidé de retourner en Guyane pour reprendre l’entreprise familiale. Avec un diplôme de chargée de production en poche, elle ne savait pas par où commencer. En faisant des recherches sur le web, elle découvre le working lab des talentueuses. 
 

La formation m'a apporté de la confiance en moi, de la légitimité au niveau de mon projet mais aussi la force et de la détermination pour continuer.

Sophie Oxybel, talentueuse de l'édition 2019


Être sous les ailes des #Talentueuses a été un véritable coup de pouce pour cette jeune femme.
Sophie Oxybel
Sophie Oxybel, talentueuse de l'édition 2019 ©Sophie Oxybel

Pour l'accompagner de ses démarches, l'association Femmdoubout l'a mis en relation avec d'autres Cheffes d'entreprise comme elle, et ainsi elle a pu créer son réseau. 
 

Sophie Oxybel : un parcours qui m'a fait grandir


Parcours de vie, parcours de femme

Un parcours qui lui a permis de grandir, de s’affirmer et d’avoir confiance en elle. Un an plus tard, Sophie Oxybel se sent prête à passer le flambeau.
 
Les Talentueuses
©Les Talentueuses

Femmdoubout association créée en 2008, a toujours mis la femme à l'honneur dans toutes ses actions. Des associations dédiées à la promotion de l’égalité homme-femme comme celles de Virginie Lebeau, sont plus que nécessaires en 2020. Que ce soit à l’échelle régionale ou nationale, les femmes ont du mal à se faire une place à la tête des entreprises, sans même aborder le sujet des inégalités salariales.

Au lendemain de la journée internationale des droits des femmes, qui a eu lieu le 8 mars dernier, une étude montre que les plus grandes entreprises françaises ne sont dirigées que par des hommes. En 2020, ce sont donc trois femmes sur 120 postes de présidents de conseil d'administration ou de directeur général.

Les régions d’Outre-mer ne semblent pas épargnées par ce phénomène. Des régions qui ont subi de pleins fouets la crise sanitaire et dont l’impact économique n’a pas été encore mesuré. En juillet dernier, la Délégation Outre-mer du Sénat s'est inquiétée d'une "menace d'effondrement" des économies ultramarines en raison de la crise sanitaire du coronavirus. Les sénateurs ont fait 58 recommandations pour redresser l'économie des Outre-mer.
 
Sénateurs des Outre-mer
Présentation ce mardi 9 avril du contre-projet de la délégation sénatoriale aux Outre-mer pour une juste présence des Outre-mer dans l'audiovisuel public • ©MB La1ère ©la 1ère

La revanche à prendre sur la crise sanitaire semble être la voie digitale, où les incubateurs foisonnent. Se former chez soi soulève un nouveau défi, celui d’apprendre à gérer son temps entre vies privée et professionnelle.
 
Les Talentueuses
©Les Talentueuses

Pour vous inscrire rendez-vous sur la page : https://www.leworkinglabdestalentueuses.com
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live