guyane
info locale

Didier Leschi, le directeur général de l'Ofii en Guyane lance le dispositif de paiement par carte de l'allocation de demande d'asile

administration
Didier Leschi, directeur général de l'office français de l'immigration et de l'intégration
Didier Leschi, directeur général de l'Ofii invité du Guyane soir du 4 février 2019 ©Guyane la 1ère
L'allocation des demandeurs d'asile sera versée par carte de paiement dès le 1er mars. Une mesure promise en 2017 par le président Macron. Didier Leschi, le directeur général de l'Office Français de l'Immigration et de l'Intégration est en Guyane pour l'application de cette mesure. 
 
Depuis le mois de septembre 2018,  la Guyane teste une procédure exceptionnelle pour la gestion des demandes d'asile. Elle va être testée durant 18 mois. Elle doit permettre de traiter plus rapidement les demandes d'asile. Autre mesure qui va s'appliquer dès le 1er mars, la carte de paiement de l'allocation. Didier Leschi, le directeur général de l'Office Français de l'Immigration et de l'Intégration, invité du Guyane soir s'est expliqué sur la prochaine application de cette mesure expérimentale qui consiste à verser l'allocation réservée aux demandeurs d'asile avec une carte de paiement pour des achats dans les commerces mais qui ne leur permettra pas de retirer du cash. 
Il a rappelé qu'un des objectifs est de permettre que l'argent donné soit réinvesti dans l'économie locale. L'aide aux demandeurs d'asile en Guyane représente environ 10 millions d'euros (l'ADA est de 8,50€ par jour en Guyane).
L'Ofra fera le bilan de cette expérimentation dans deux où trois mois avec la volonté de l'étendre sur l'ensemble du territoire national.
Didier Leschi a aussi indiqué que le parc d'hébergement pour les demandeurs d'asile doublait tous les ans en Guyane pour rattraper le retard. Il faut parallèlement veiller à ne pas créer une disparité avec d'autres types de logements nécessaires à la population.
Il faut cependant noter qu'il y a eu plus de 20% d'augmentation des demandes d'asile dans l'hexagone là où elles ont notablement baissé en Guyane passant à 1500 en 2018 alors qu'elles étaient de 3000 en 2016/2017.
Didier Leschi a conclu en rappelant que l'enjeu du dispositif est d'éviter que la pression migratoire remette en cause les équilibres sociaux de la société guyanaise.

Didier Leschi interrogé par Kessi Weishaupt

 

Publicité