Contrôle sanitaire au poste de gendarmerie de Régina

coronavirus saint-georges
Poste de contrôle sanitaire à Régina
Poste de contrôle sanitaire à Régina ©Isabel Lerouge
Un nouveau barrage contre le COVID 19. Confinement à Saint-Georges oblige, depuis jeudi 14 mai, un contrôle sanitaire avec une infirmière est mis en place au poste de gendarmerie de Regina. Chaque personne est soumise à ce dispositif préventif.
 
Présenter ses papiers et son attestation de déplacement ne suffit plus au point de contrôle routier de Régina. Désormais, toute personne passant par ce barrage doit se soumettre à un entretien avec une infirmière. Elle rappelle à tous les automobilistes la situation dans cette région de la Guyane

Vous allez dans une zone qui est contaminée, donc c’est vraiment important.

Prise de température à Régina
Prise de température à Régina ©Isabel Lerouge

Franck Dias, commerçant itinérant déclare

Il faut continuer pour qu’on sorte de cette pandémie en Guyane. Il faut le faire !
C’est bien! Au moins, on ne prend pas de risques.


Les automobilistes doivent tout d’abord remplir un questionnaire détaillé pour faire le point sur leur état de santé et leurs déplacements. Ensuite vient la prise de la température, et tout cela sans sortir du véhicule.
 
Une infirmière au poste de contrôle de Régina
Une infirmière au poste de contrôle de Régina ©Isabel Lerouge

 Alain LENUZZA, commerçant à Saint-Georges de l’Oyapock approuve le dispositif mis en place

C’est très bien parce que ça va éviter beaucoup de problèmes à Cayenne.
C’est très bien filtré ici et aussi à Saint-Georges. La police et la douane sont sur le fleuve, ils ont 4 bateaux et ils contrôlent vraiment comme il faut. Je suis content de voir cela.


Dans la lettre Covid de ce lundi 18 mai, Nicole Jalic, l' infirmière libérale de Régina mobilisée sur le poste de contrôle de la gendarmerie précise

Samedi, j’ai vu 32 personnes. Dimanche matin, c’était plus calme avec huit automobilistes. Je n’ai eu personne avec des symptômes. Seulement une dame avec une rhinite chronique, qui n’avait pas d’autre symptôme. Les automobilistes sont très patients, ils répondent très tranquillement. Quand je leur pose des questions sur les symptômes, ils prennent le temps de réfléchir à ce qu’ils ont fait les quatorze derniers jours. Je leur rappelle les consignes. C’est le moment de faire passer des messages.

 
Centre de santé de Saint-Georges de l'Oyapock
Centre de santé de Saint-Georges de l'Oyapock ©Thierry Merlin

En cas de symptômes, même mineurs, un prélèvement est effectué


Face à la crise sanitaire à Saint-Georges et à Oiapoque, il s’agit de limiter la propagation du virus en Guyane.

En de dehors des créneaux horaires, de 8h à 10h et de 16h à 18h, impossible de passer dans un sens ou dans l’autre. Seuls les professionnels de santé, les transporteurs de denrées et de matériel médical ou pharmaceutique peuvent franchir le barrage sur présentation de l’attestation de déplacements signée par l’employeur.

Nicole Jalic l'infirmière libérale vit à Régina.
Elle témoigne de l'inquiétude qui règne actuellement dans la petite commune de l'est guyanais

A Régina, nous sommes assez inquiets. Depuis plusieurs semaines, nous voyons arriver des personnes qui ne vivent pas là habituellement. Des familles de Régina ont des proches au Brésil : des enfants à Oiapoque ou des parents. C’est très courant.
On est conscient du danger qui arrive. Oiapoque est pour ainsi dire livrée à elle-même en étant loin de Macapá où l’hôpital est débordé. Certains de ses habitants veulent à tout prix partir.

A Régina, les patients jeunes sont inquiets. Les personnes âgées ne réalisent pas forcément mais sont souvent confinées chez elles. Ceux qui ont de la famille à Oiapoque sont très inquiets mais aussi très fâchés contre ceux qui continuent de sortir, de faire la fête.


A noter qu’un contrôle sanitaire est également en place au pont de l’Oyapock pour toute personne qui entre sur le territoire guyanais. De ce fait, il est toujours possible de traverser par le pont, mais uniquement lundi, mardi et vendredi de 10h à 12h. Chaque personne doit présenter un justificatif pour un motif impérieux professionnel ou privé et fait l’objet d’un contrôle médicalisé.