Flying Whales : le dirigeable du futur, un nouveau transport cargo écologique envisagé en Guyane

transports
Flying Whales
©Flying Whales
Un moyen de transport cargo écologique pourrait s’installer en Guyane dans les années à venir. La société française Flying Whales développe un dirigeable capable de transporter 60 tonnes de matériaux. Les concepteurs travaillent à une application guyanaise.
Démonstration du dirigeable

De quoi rêver ! Un moyen de transport cargo écologique pourrait s’installer en Guyane dans les années à venir. La société française Flying Whales développe un dirigeable capable de transporter 60 tonnes de matériaux. Les concepteurs travaillent à une application guyanaise de ce service particulièrement adapté à la topographie de notre territoire.

60 tonnes de charge

Dirigeable
©Flying Whales

Ce dirigeable peut soulever, transporter et déposer des grumes de bois, des pièces de fusée ou des pales d’éolienne… Sans toucher le sol ! Ce transport cargo innovant et propre n’utilise pas d’hydrocarbure mais de l’hélium et de l’électricité. Il permet ainsi de se rendre dans des zones difficiles d’accès sans créer de nouvelles infrastructures. Il est donc très adapté à la filière bois mais pas seulement…Il peut porter 60 tonnes de matériaux. 

Une convention entre la CTG et Flying Whales

Convention Flying Whales/CTG
©CTG

La collectivité territoriale de Guyane et Flying Whales ont signé vendredi 15 octobre, un accord de partenariat afin d’étudier le déploiement de ce nouveau moyen de transport sur le territoire Guyanais. Une étude sur une durée de trois ans sera entreprise pour anticiper le déploiement de ce dirigeable.

Le désenclavement, indispensable au développement de la Guyane, nous devons l’envisager de façon multimodale : par la route, par les fleuves mais également par les airs. Sur un territoire grand comme celui de la Guyane, il nous faut oser, innover, créer nos propres schémas de développement (...) d’ores et déjà nous réfléchissons au transport d’équipements et de matériaux dans les communes isolées mais également aux échanges commerciaux.

Gabriel Serville, Président de la Collectivité Territoriale de Guyane

 

La Guyane comme base de décollage

Fly Wales

La société Flying Whales envisage de commercialiser ses vols à la journée, un transport 15 à 20 fois moins cher que l’hélicoptère. Et pour opérer ces vols et entretenir les dirigeables, des embauches locales sont prévues.

La Guyane, c'est une synergie. Nous avons identifié comment nous pourrons accéder aux ressources, le bois par exemple. Nous pourrons amener des matériaux, collecter des déchets. Nous pourrons faciliter les transports exceptionnels. Nous sommes 15 fois moins chers à la tonne qu'un hélicoptère. Nous pensons avoir 2 ou 3 dirigeables pour la Guyane. Cela représente 50 emplois. Sur le continent américain, nous envisageons 50 dirigeables. Nous pensons créer 200 à 300 emplois. La Guyane sera notre base de décollage. 

Michèle Renaud, directrice marketing, vente et communication 

Retrouvez l'interview signée Alexandra Silbert de Michèle Renaud, directrice marketing, vente et communication 

Pour l’heure le projet est encore au stade de l’étude en Guyane, le premier vol aura lieu en 2024 pour un début des opérations commerciales d’ici 2025.

Le LCA60T, qu'est ce que c'est ?

Flying Whales est une start-up spécialisée dans la construction et l'exploitation de ballons dirigeables à structure rigide. Les futurs aérostats sont destinés aux transports de charges lourdes ou indivisibles. L'entreprise est fondée par Sébastien Bougon en septembre 2012. À l'origine, la société est créée pour permettre à l'ONF d'agrandir sa zone d'exploitation des forêts, notamment celles qui sont difficilement accessibles ou éloignées de toute infrastructure.

La plateforme du futur dirigeable, dénommée LCA60T, intéresse d'autres équipementiers pour transporter en tout point des charges lourdes et volumineuses, comme les pales d'éolienne ou les pylônes électriques. Le coût du transport, la capacité de chargement et le bilan carbone d'un dirigeable gros porteur, étant meilleurs que ceux de l'hélicoptère.

Le LCA60T change la donne en matière d’environnement. Il minimise l'empreinte au sol (aucune infrastructure de transport) et réduit les émissions (faibles - bientôt nulles - grâce à la propulsion hybride et bientôt entièrement électrique).​ Les certifications des autorités aéronautiques combinées à ses caractéristiques intrinsèques (gaz porteur sûr, structure rigide, propulsion puissante) assurent au LCA60T un niveau de sécurité maximal.