guyane
info locale

Gestion du bois : une nouvelle certification contestée

économie
filière bois
La Fédération des opérateurs miniers a été la première à réagir à l'annonce d'une nouvelle certification pour la gestion et la traçabilité du bois de Guyane, redoutant une nouvelle mise sous cloche de la ressource. Pour l’ONF, il s'agit simplement d'être plus compétitif à l'international.
Pour exploiter les bois de Guyane, les opérateurs forestiers ont une certification appelée PEFC. A l’avenir une nouvelle certification pourrait être mise place en Guyane, denommée FSC. De nouveaux critères, afin de toucher un marché à l’international.
 

La "déclinaison locale" d'un cadre national

Julien Panchout, directeur territorial adjoint de l'Office National des Forêts

"Il y a déjà un label qui existe, c'est le label PEFC qui est déjà en place, cela n'a pas pour autant changé ou modifié les utilisations que peuvent avoir les usagers de la forêt. Donc c'est plutôt quelque chose pour reconnaître une gestion qui est déjà actuelle, plutôt que pour modifier les pratiques en forêt. C'est un cadre national, et il y a une déclinaison locale qui est faite pour l'adapter au contexte guyanais de la gestion des forêts. C'est une reconnaissance de la gestion durable des forêts qu'on cherche à obtenir par ce label international". 

 

Quel impact en Guyane ?

La présidente de la Fédération des opérateurs miniers voit dans cette nouvelle certification des contraintes supplémentaires pour les exploitants forestiers et peut-être pour d’autres professionnels.

Carol Ostorero, présidente de la Fédération des opérateurs miniers de Guyane (FEDOMG)

"Les contraintes sont absolument extraordinaires. Et de ce que je comprends, on va limiter en fait par cette certification l'usage de la forêt guyanaise. Alors, je n'ai pas les tenants et les aboutissants, c'est la raison pour laquelle je demande à ce que les collectivités et les grands usagers de la forêt s'inquiètent de connaître l'impact que cela aura sur la Guyane".


Et puis, il y a cette erreur manifeste qui n’aide pas à la comprehension: la nouvelle certification est soumise à une consultation publique, mais la version est en anglais...

Carol Ostorero, présidente de la FEDOMG :

"Lorsque j'ai été sur le site de FSC France, j'ai retrouvé un document en anglais. Or il s'agissait de la Guyane française, donc j'étais absolument choquée, je me suis dit que c'était la première fois que je rencontrais une situation pareille. Je les appelés pour leur demander où était le document en français (...). Ils m'ont dit qu'ils verraient ça cette semaine pour mettre en ligne un document".


Depuis cette interview, la société FSC a corrigé l’erreur. Et depuis quelques heures, la version française existe. La consultation publique débute officiellement ce lundi, pour se terminer fin juin.

Retrouvez ici le communiqué de FSC France:

Le communiqué de FSC France


Le reportage de Jocelyne Elgoualch et Martial Gritte :

 
Publicité