Grève au collège d'Apatou: le recteur se rend sur place et dissipe les malentendus

éducation
recteur à Apatou
©Lindy Nédan
On lui a reproché d'être absent et inactif face aux problématiques de la rentrée, hier mardi 14 septembre, le recteur de l'académie de Guyane Alain Ayong Le Kama est allé sur le terrain. Il s'est rendu au collège d'Apatou où les enseignants et parents d'élèves avaient entamé une grève.

Ils ont pris d’assaut le parvis du collège Ma’ Aiyé d’Apatou hier après-midi afin de manifester.
Depuis des mois, parents d'élèves et personnel pédagogique sollicitent le rectorat afin de dénoncer les classes surchargées.
Une problématique qui revient tous les ans car le nombre d'inscriptions là bas y est en constante augmentation.

recteur à Apatou
©Lindy Nédan

Cette manifestation c'est la dernière d'une semaine de mobilisation des enseignants, des parents d'élèves et de la vie scolaire. Elle arrive à la fin de toute une démarche de courriers envoyés au rectorat depuis avril dernier. Cela fait 6 mois que nous sommes sans réponse

Quentin Pelletier, porte-parole des enseignants et parents d’élèves

 


La rentrée devait avoir lieu le 7 septembre, sauf que la multiplication des cas de coronavirus au sein de la direction a entraîné son report à une date ultérieure.

recteur à Apatou
©Lindy Nédan


"Par rapport au protocole du rectorat, nous étions obligés de fermer l'établissement pour permettre aux enfants de faire une rentrée normale, sans covid", explique Moise Edwin, principal adjoint du college Ma Aiyé d’Apatou.

Le recteur d’académie Alain Ayong Le Kama a donc fait le déplacement dans la commune de l’Ouest pour échanger avec les grévistes. Après une heure et demi de réunion, les tensions se sont apaisées.
 

Il y a eu quelques malentendus qu'il a fallu résoudre. Mais on ne peut considérer que tous les problèmes sont totalement réglés malgré tout mon objectif c'était de garantir une rentrée sereine à Apatou, elle a été suffisamment perturbée

Alain Ayong Le Kama, recteur de l'académie de Guyane



Claudrey Ribeiro, professeur d’EPS, se dit satisfait des réponses du chef de l'académie: "dans un premier temps nous voulions le rencontrer, c'est ce qu'il s'est passé, il s'est déplacé. Donc c'est un premier signe de respect envers l'équipe pédagogique qui s'est mobilisée ainsi que les parents.
Et deuxièmement, il a acté l'ouverture d'une classe de 6ème et une classe de 4ème. Nous sommes maintenant rassurés, la rentrée se fera dans de meilleures conditions".


Une issue favorable à ce mouvement social débutée le 9 septembre dernier. La pré rentrée a eu lieu ce mercredi 15 septembre, la rentrée générale, quant à elle, est prévue le 20 septembre prochain.