Hausse de la Covid-19 à Oiapoque : les écoles fermées et des contrôles renforcés

coronavirus
Oiapoque
©Surintendance de veille sanitaire (SVS) de l’Amapá
Des situations disparates sur les rives de l’Oyapock. Si les communes de Saint-Georges et de Camopi retrouvent une totale liberté, Oiapoque est soumis à de nouvelles mesures de restriction de circulation. Les écoles ont été fermées pour enrayer la recrudescence de l'épidémie de la Covid-19.

Toutes les écoles publiques et privées d’Oiapoque fermées, un contrôle sanitaire stricte à la gare routière, une opération de tests de masse, davantage d’actions de surveillance des forces de l’ordre… Face aux derniers chiffres de la situation sanitaire de la commune frontalière, la Surintendance de veille sanitaire (SVS) de l’Amapá et les autorités amapaenses ont pris plusieurs mesures vendredi 1er octobre afin de contenir la propagation de la maladie en recrudescence depuis plusieurs jours.

Bientôt des tests de masse


Sur 110 cas confirmés en Amapá du 26 septembre au 2 octobre, 64 ont été enregistrés à Oiapoque, ce qui équivaut à 58,18% de tous les cas de l'état fédéral pour cette période. 

Hausse de la Covid-19 à Oiapoque : les écoles fermées et des contrôles renforcés
A la gare routière d'Oiapoque, tous les voyageurs doivent présenter un pass sanitaire. ©Surintendance de veille sanitaire (SVS) de l’Amapá

Particulièrement fréquentées, la gare routière et la zone commerciale du centre-ville d'Oiapoque ont donc été les premières cibles des équipes d'inspection de la Surintendance de veille sanitaire.

« A la gare routière, nous vérifions systématiquement les carnets de vaccination des passagers et l'utilisation des masques. Toute personne non vaccinée n'entre pas à Oiapoque. » 

Dorinaldo Malafaia, directeur général de la Surintendance de veille sanitaire de l’Amapá


Prochaine étape, le retour des tests de masse pour la population d’Oiapoque et les personnes de passage.

« Les professionnels de santé et la population seront testés sur la base du volontariat. Il y aura aussi des tests dans les quartiers particulièrement touchés. Les tests seront proposés aux personnels des secteurs d'activité spécifiques, comme les agents de santé, mais aussi dans les quartiers où il y a un plus grand nombre de cas et de personnes symptomatiques, à leurs contacts et aux membres de leur famille.»

Iracilda Pinto, directrice exécutive de la Surintendance de veille sanitaire de l’Amapá


Une stratégie de vaccination a également été mise en place avec un appel aux personnes devant recevoir la 2e dose, mais aussi aux seniors de plus de 60 ans et aux professionnels de santé pour la dose de rappel.

Oiapoque
33 950 doses de vaccins ont été distribuées la semaine dernière dans 13 communes par le gouvernement de l'état de l'Amapá, dont 596 à Oiapoque. ©Surintendance de veille sanitaire (SVS) de l’Amapá

 

Pour cette opération, 25 000 tests antigéniques rapides seront mis à disposition par le ministère de la Santé (MS) et 1 000 tests envoyés par l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS).

Selon le directeur général de la Surveillance sanitaire, Dorinaldo Malafaia, malgré le nombre croissant de cas, la vaccination est ce qui empêcherait l'aggravation de la maladie chez les personnes infectées et la surpopulation du réseau hospitalier.

Une surveillance à la frontière renforcée


Cependant, la situation liée à la proximité de la Guyane française demeure préoccupante pour les autorités brésiliennes, car beaucoup de Guyanais ne sont pas vaccinés et fréquentent Oiapoque malgré la fermeture de la frontière.

« Les informations officielles dont nous disposons indiquent que le système de santé guyanais est au bord de l'effondrement, de nombreuses personnes sont hospitalisées. Même avec la frontière fermée, il y a toujours ce flux et ce contact avec les Brésiliens à Oiapoque ».

Dorinaldo Malafaia, directeur général de la Surintendance de veille sanitaire de l’Amapá


L'Agence nationale de veille sanitaire (Anvisa) a également été sollicitée pour surveiller les flux de voyageurs entre la Guyane et Oiapoque en renfort des équipes des forces armées et des forces de l’ordre.

Il y aura également une campagne éducative pour sensibiliser la population des deux villes, quant au respect des mesures de protection individuelle, telles que l'utilisation de masques, la distance sociale, l'hygiène des mains…

Une aggravation de la situation à la frontière qui tombe mal alors qu’il y a une semaine, le parlementaire brésilien Luca Barreto, promanait la réouverture de la frontière.

 

40 nouveaux cas confirmés en 24 heures à Oiapoque

Mardi 5 octobre, selon le bulletin d'information épidémiologique de l'état de l'Amapá, il y a désormais 122 937 cas confirmés de personnes atteintes de la Covid-19 depuis le début de la pandémie en mars 2020. 40 nouveaux cas ont été confirmés en 24 heures : 7 à Macapá, 1 à Mazagão et 32 ​​à Oiapoque.

L'Amapá compte désormais 1 986 décès dans les 16 communes de son territoire. (Macapá : 1.493 / Santana : 192 / Laranjal do Jari : 95 / Mazagão : 23 / Oiapoque : 50 / Pedra Branca do Amapari : 13 / Porto Grande : 27 / Serra do Navio : 5 / Vitória do Jari : 28 / Itaubal : 3 / Tartarugalzinho : 14 / Amapá : 13 / Ferreira Gomes : 6 / Cutias do Araguari : 7 / Calçoene : 11 / Pracuúba : 6).

Dans l'Amapá, 569 316 personnes sont vaccinées à ce jour selon les autorités sanitaires. 81,59 % ont reçu la première dose du vaccin et 37,07 % ont été immunisés avec la 2e dose, la 3e dose et une dose unique.

23 malades de la Covid-19 sont aujourd'hui en isolement hospitalier dans les réseaux publics et privés. Le pourcentage d'occupation des lits dédiés aux soins de Covid-19 à Amapá est de 9,09 %, compte tenu des réseaux publics et privés.