publicité

Les "Insurgés de Cayenne" : un atelier pour réécrire l'histoire autour de la mort tragique de Jean Galmot

Sasé istwè est un projet cinématographique autour des "Insurgés de Cayenne". Un évènement historique qui a bouleversé Cayenne fin des années 20, début des années 30 et inspiré plusieurs films.
L’histoire serait vue cette fois-ci par les descendants. Le projet est à son démarrage.

© C Séraphins George
© C Séraphins George
  • Clotilde Séraphins George/MCT
  • Publié le
Sasé istwè, le projet cinématographique recherche toutes les contributions à une aventure créatrice qui prendrait racine dans un évènement historique qui a bouleversé Cayenne fin des années 20, début des années 30 et inspiré plusieurs films : "les Insurgés de Cayenne". L’histoire serait vue cette fois-ci à travers les yeux des insurgés eux-mêmes. Le projet est à son démarrage.

 

Racines 

de g à dr Elli Vassalou et Maxime Jean-Baptiste © C Séraphins George
© C Séraphins George de g à dr Elli Vassalou et Maxime Jean-Baptiste
Maxime Jean-Baptiste est parisien, de père Guyanais. S’il vient régulièrement en vacances dans sa famille paternelle, c’est la première fois qu’il y vient pour le travail accompagné d’Elli Vassalou artiste engagée grecque. Basés tous deux en Belgique à Bruxelles, ils passent plus d’un mois en Guyane et proposent une résidence artistique sur l’écriture d’une autre vision de l’Affaire des Insurgés de Cayenne.
Qui étaient-ils ? Plus que des visages et des noms, leur histoire.
Maxime Jean-Baptiste cinéaste explique :

"Le film "Jean Galmot aventurier" avait une certaine vision des événements. Mais il y a beaucoup de secrets autour de cette histoire. Nous avons mis les insurgés à la première place. Nous rencontrons leurs descendants pour avoir une nouvelle version de l'histoire"


"Jean Galmot aventurier"

© C Séraphins George
© C Séraphins George
C’est la participation du père de Maxime dans le film d’Alain Maline, « Jean Galmot aventurier » qui crée chez lui plus qu’une envie, le besoin d’un autre éclairage. Son père incarnait l’un des insurgés.
Maxime Jean-Baptiste cinéaste précise :

"C'est mon lien avec la Guyane qui m'a poussé. Nous essayons d'avoir un rapport plus élargi avec l'histoire"


Pour l'histoire

© C Séraphins George
© C Séraphins George
Un travail ouvert à tous ceux qui pourraient y apporter une contribution : comédiens, cinéastes, descendants ou parents d’insurgés, toute personne intéressée par le sujet et par cette création audiovisuelle qui a élu domicile au 32 bis de la rue Lieutenant Becker, l’un des hauts lieux de l’épopée des insurgés de Cayenne.
Un projet sur les "Insurgés de Cayenne"

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play