Les "Insurgés de Cayenne" : un atelier pour réécrire l'histoire autour de la mort tragique de Jean Galmot

cinéma
Sasé Istwé
©C Séraphins George
Sasé istwè est un projet cinématographique autour des "Insurgés de Cayenne". Un évènement historique qui a bouleversé Cayenne fin des années 20, début des années 30 et inspiré plusieurs films.
L’histoire serait vue cette fois-ci par les descendants. Le projet est à son démarrage.
Sasé istwè, le projet cinématographique recherche toutes les contributions à une aventure créatrice qui prendrait racine dans un évènement historique qui a bouleversé Cayenne fin des années 20, début des années 30 et inspiré plusieurs films : "les Insurgés de Cayenne". L’histoire serait vue cette fois-ci à travers les yeux des insurgés eux-mêmes. Le projet est à son démarrage.

 

Racines 

Sasé Istwé
de g à dr Elli Vassalou et Maxime Jean-Baptiste ©C Séraphins George
Maxime Jean-Baptiste est parisien, de père Guyanais. S’il vient régulièrement en vacances dans sa famille paternelle, c’est la première fois qu’il y vient pour le travail accompagné d’Elli Vassalou artiste engagée grecque. Basés tous deux en Belgique à Bruxelles, ils passent plus d’un mois en Guyane et proposent une résidence artistique sur l’écriture d’une autre vision de l’Affaire des Insurgés de Cayenne.
Qui étaient-ils ? Plus que des visages et des noms, leur histoire.
Maxime Jean-Baptiste cinéaste explique :

"Le film "Jean Galmot aventurier" avait une certaine vision des événements. Mais il y a beaucoup de secrets autour de cette histoire. Nous avons mis les insurgés à la première place. Nous rencontrons leurs descendants pour avoir une nouvelle version de l'histoire"


"Jean Galmot aventurier"

Sasé Istwé
©C Séraphins George
C’est la participation du père de Maxime dans le film d’Alain Maline, « Jean Galmot aventurier » qui crée chez lui plus qu’une envie, le besoin d’un autre éclairage. Son père incarnait l’un des insurgés.
Maxime Jean-Baptiste cinéaste précise :

"C'est mon lien avec la Guyane qui m'a poussé. Nous essayons d'avoir un rapport plus élargi avec l'histoire"


Pour l'histoire

Sasé Istwé
©C Séraphins George
Un travail ouvert à tous ceux qui pourraient y apporter une contribution : comédiens, cinéastes, descendants ou parents d’insurgés, toute personne intéressée par le sujet et par cette création audiovisuelle qui a élu domicile au 32 bis de la rue Lieutenant Becker, l’un des hauts lieux de l’épopée des insurgés de Cayenne.