Situation de crise au sein du Comité de Gestion de Crise de la Covid-19

coronavirus
Visuel coronavirus
©Pixabay
Comme chaque semaine, les autorités sanitaires, politiques et administratives se sont réunies en préfecture pour faire le point et discuter de la situation en Guyane. A l'unisson les élus guyanais ont dit que Karine Lacombe n'est pas la bienvenue.
Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité Territoriale de Guyane et les deux sénateurs, Antoine Karam et Georges Patient ont fait part de leur plus vif mécontement. Ils ont ensuite diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo en compte-rendu.

Au sujet des essais thérapeutiques :

Pour les 3 hommes politiques, Karine Lacombe, professeure de médecine et cheffe de service à l'AP-HP, n'est pas la bienvenue. Ils ont demandé à Marc Del Grande "de tout faire pour que cette mission n'ait pas lieu !"

Au sujet de renforts de médecins cubains :

Rodolphe Alexandre en a fait la demande depuis plusieurs semaines, un souhait resté lettre morte du côté de l'ARS...ce soir le président de la CTG à tapé du poing sur la table avec les sénateurs.
Légitimés qu'ils sont depuis l'arrivée de médecins cubains à la Martinique. Il faut dire que le président de la CTG, s'était trouvé un peu vexé de ne pouvoir faire ce que son homologue de la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) a pu faire...

Au sujet de la venue de renforts métropolitains en nombre, et du déploiement d'un hôpital de campagne du style de celui de Mulhouse :

Ce n'est pas moins qu'un ultimatum... les 3 élus dans une vidéo qu'ils ont diffusée ce soir, annoncent avoir donné 48 heures à Marc Del Grande pour répondre !

Gabriel Serville lui avait claqué la porte du COGEC, un peu plus tôt :

De son côté le député de la 1ère circonscription, Gabriel Serville, à remis un courrier au représentant de l'état, une missive qui acte de "la rupture de confiance" avec la directrice de l'ARS, Clara de Bort. Il n'assistera plus aux réunions où siège la directrice de la santé en Guyane.