La député Chantal Berthelot réagit vivement aux propos assimilationnistes du candidat Sarkozy

politique
Chantal Berthelot à l'Assemblée Nationale
Chantal Berthelot à l'Assemblée Nationale ©La 1ère
La déclaration de Nicolas Sarkozy, en campagne pour la primaire de droite en vue de l'élection présidentielle de 2017, " dès que l’on devient français, nos ancêtres sont gaulois" choque la députée Chantal Berthelot. Elle juge ce propos indigne d'un ancien président de la République. 
"Nos ancêtres les gaulois." Voilà ce qu’on apprenait dans les manuels scolaires, jusqu’aux dans les années 80. Une contre vérité historique, remise au goût du jour par Nicolas Sarkozy à Franconville le 19 septembre. Le candidat à la primaire de la droite s'exprimait à la tribune.
Depuis deux jours, cet argument de campagne racoleur, suscite des réactions dans la classe politique de droite comme de gauche et l'émoi de la classe politique outremer.
Chantal Berthelot a manifesté son indignation lors du débat sur l'égalité réelle. Elle ne peut laisser passer cette vision de l'identité ultramarine proféré par le candidat Sarkozy. Une telle assertion, "n'est pas digne d'un ancien président de la République qui, de toute façon ne sera pas réélu!" assène t-elle.
Elle n'est pas la seule en Guyane à souligner l'indignité de ces propos chocs sur le règlement de la question de l'intégration en France. L'ancien maire de Kourou, Jean-Etienne Antoinette, fustige, également, cette injurieuse vision de l'histoire. Le sénateur-maire de Mana, Georges Patient, a, quant à lui, déclaré que : "Être français" c'est vivre ensemble sans être semblables. Des identités diverses et un projet commun. Abattre les murs pour mieux construire."
 
Le reportage de la 1ère

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live