La route de Kaw sous surveillance pour risque d’éboulement

travaux publics
La route de Kaw en pitoyable état
Route de Kaw ©Thierry Merlin
Depuis quelques jours, il y a des alertes sur des risques d’éboulement sur la route qui mène à Kaw. La route défectueuse depuis de longues années s’est encore détériorée et est constellée de nids de poule impressionnants. La Collectivité territoriale va devoir consacrer un budget important pour la réfection de cet axe routier qui dessert de nombreux sites touristiques sur la partie ouest de la Guyane.

Actuellement se rendre à Kaw, sur le commune de Régina, s’apparente à un véritable gymkhana tant la route départementale n° 6 est défoncée. Un véritable champ de bataille avec des centaines de nids de poule et une chaussée qui se dérobe. Un glissement de terrain de plus de 37m a même été détecté au pk 25, en raison des fortes pluies de ces derniers mois.

Un glissement de terrain au PK 25 de la route de Kaw
Un glissement de terrain au PK 25 de la route de Kaw ©Capture écran

Une niche d'arrachement de plus de 50 cm de large dans laquelle s'enfoncent les barrières de sécurité. Selon le directeur du BRGM, Frédéric Tronel : "... ce glissement de terrain, aujourd'hui, n'est pas stabilisé, il va continuer à évoluer, de façon lente ou rapide, on ne sait pas encore. Effectivement, il y a un risque qu'il progresse avec un phénomène d'érosion régressive et qu'on atteigne une partie de la route..."

Des travaux réalisables seulement à la saison sèche

Zadkiel Saint Orice, le conseiller territorial, délégué à l'entretien des routes  s’est rendu sur place pour constater les dégâts. Un constat d'impuissance car, malheureusement, à cette époque de l’année, en pleine saison des pluies, la CTG ne peut qu’attendre la saison sèche pour mener à bien des travaux de réfection. La dépense atteindra le million d'euros pour un chantier qui s'annonce « titanesque » selon le l’élu délégué. C’est l’ensemble de cet axe de 50km qui mène du bourg de Roura au débarcadère de Kaw qui est concerné. En attendant la plus grande prudence doit être observée par les usagers contraints de continuer à fréquenter la route.