guyane
info locale

La légende du Colibri, une nouvelle librairie a ouvert ses portes à Cayenne

livres
La librairie La légende du colibri
La librairie La légende du colibri rue Shoelcher à Cayenne ©Touk du savoir
Peu de librairies et d’éditeurs et un marché local limité. En Guyane, la situation du livre est fragile. Mais certains se mobilisent. Ainsi, l’organisateur du festival « La Touk Du Savoir » a ouvert une 3ème librairie dédiée à la BD et aux livres sur la Guyane, rue Schoelcher à Cayenne.
C’est l’événement littéraire de cette fin d’année. Une quarantaine d’auteurs de romans, BD et livres de Jeunesse ont été réunis actuellement à Cayenne. Ils ont été invités à la première édition de « La Touk du Savoir », un festival littéraire qui a commencé le 14 et s'est achevé le 16 décembre à Cayenne. Il a coïncidé avec l'ouverture d'une nouvelle librairie située rue Shoelcher : La légende du Colibri.
En pleine révolution numérique, le livre résiste bien,même auprès des jeunes. C’est l’avis de quelques auteurs : 
Des écrivains qui ont été installés face à la mer à Cayenne, pour rencontrer le public. Parmi eux, deux amies d’enfance, réunies dans une belle aventure : ces deux enseignantes guyanaises ont créé Kanel, un personnage local pour raconter des histoires aux enfants du pays, parues aux éditions Plume Verte.

Karen Vernet : nous voulions mettre en place quelque chose qui permette aux enfants de se retrouver et Kanel commence à trouver sa place dans tous les milieux, les bibliothèques, les librairies, les enfants en parlent, les écoles en parlent, sa popularité se fait petit à petit."

A l’heure de la révolution numérique, de nombreux auteurs constatent que le livre résiste bien. On l’avait peut-être enterré un peu trop vite.

Rachel Corenblit : il y a plein d'études qui ont montré que le livre numérique cela ne fonctionne pas. Les tablettes ont été un phénomène de mode. Rien ne remplace le contact physique avec le livre...

Parmi les auteurs du festival, Franck Margerin, une star de la BD française mais aussi Wilfried N’Sondé, auteur d’un roman récompensé par plusieurs prix cette année,lui aussi croit encore dans le pouvoir du livre :

"C'est vraiment l'émotion, il faut que le lecteur soit touché, qu'il pleure, qu'il rit, qu'il ait peur. Cela doit être une aventure émotionnelle intense.


Le reportage de Guyane la 1ère
Publicité