Les étudiants en médecine effectueront l’intégralité de leurs études aux Antilles-Guyane dès la rentrée 2023

éducation
Université de Guyane
L'entrée de l'Université de Guyane ©Alexandra Silbert
Les étudiants en médecine pourront à la rentrée 2023 effectuer leur premier cycle (trois ans) en Guyane, puis le deuxième aux Antilles. Une avancée majeure dans le projet de faculté de médecine de plein exercice aux Antilles et en Guyane.

Les étudiants en médecine ne seront plus dans l’obligation d’effectuer leur cursus hors des Antilles-Guyane à compter de la rentrée 2023. Une faculté de médecine de plein exercice aura vu le jour. L’épilogue d’un long processus d’habilitation. Deux inspecteurs généraux ont recommandé au gouvernement d’approuver cette décision. Leur rapport - à la demande des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la recherche et des solidarités et de la santé « afin de préciser les modalités de création aux Antilles d’une faculté de médecine de plein exercice, ouverte sur l’international et susceptible de faire rayonner la médecine française sur l’arc caribéen » - a été entériné.    

Des effectifs en hausse

Faculté de médecine de la Guadeloupe

Le constat est clair, l’absence de deuxième cycle dans la région pénalise les étudiants et les territoires. Parmi les nombreux internes des Antilles-Guyane, seulement un sur six choisit de revenir dans son pays d'origine, un étudiant sur trois issus du premier cycle Antilles-Guyane choisit de revenir faire son internat, après son deuxième cycle. « À l’issue du second cycle en métropole, les étudiants antillais et guyanais ne sont pas incités à choisir la région Antilles-Guyane pour effectuer leur internat (…) Les effectifs en formation ont cru considérablement sur la dernière décennie, pour atteindre au moins 200 étudiants en médecine par an en deuxième cycle. »  


Ce rapport préconise que les étudiants en médecine effectuent les trois années de premier cycle aux Antilles ou en Guyane, le deuxième cycle aux Antilles, et  l’internat aux Antilles et en Guyane.

Des ouvertures de classe échelonnées

Antoine Primerose, président de l'Université de Guyane jt du 5 9 19
Antoine Primerose, président de l'Université de Guyane ©Guyane la 1ère

Les nouvelles classes deuxième année en Guyane et de la quatrième aux Antilles seront accessibles dès  la rentrée 2023. Les autres ouvertures de classe seront échelonnées jusqu’en 2025. En 2026, les étudiants pourront également choisir leur internat en région.


Le président de l’université Antoine Primerose table sur 40 à 50 étudiants de médecine en deuxième année. Les campus universitaires ont la place pour accueillir ces nouveaux étudiants. Des fonds supplémentaires seront octroyés notamment pour créer des postes de professeurs des université – praticiens hospitaliers (PU-PH) a-t-il précisé dans la lettre de l'ARS du 22 avril « Pour nous, cela signifie transformer le département formation recherche (DFR) en unité formation recherche (UFR) en santé, et délibérer dessus. Cela peut aller assez vite. C’est un an de travail. La convention peut aussi aller vite. Il y aura un partenariat de l’université de Guyane avec celle des Antilles, pour mutualiser nos forces. L’UFR santé regroupera les études de médecine mais aussi les formations paramédicales, la kinésithérapie qui est prioritaire pour la Guyane . »  

Une avancée majeure pour l'enseignement universitaire en Guyane. Les étudiants auront désormais le choix pour effectuer leurs études supérieures, ici ou ailleurs.